Politique

Bangui: un chef anti-Balaka dit « il ne faut pas s’en prendre aux civils musulmans »

Bangui: un chef anti-Balaka dit "il ne faut pas s'en prendre aux civils musulmans" © AFP

Dans le bouillonnant quartier Boy-Rabe de Bangui, fief des milices chrétiennes anti-balaka, les ruelles de latérite se font très étroites, l'accès difficile.

Dès l’arrivée de journalistes, le « colonel Douze puissances », cheveux bardés d’épingles de nourrice et collier bourré de gris-gris, commandant sur le terrain, explose de colère à l’encontre des médias qui « disent rien de bon sur nous ». Puis il s’apaise aussi vite, s’excuse et l’entretien avec le coordinateur politique du mouvement, de son vrai nom Patrice Edouard Ngaissona, ancien ministre (Jeunesse et Sports) de l’ex président François Bozizé, peut commencer.

Q/ : De plus en plus de musulmans, sont traqués, tués, leurs maisons pillées. Vous ne pensez pas qu’il est temps d’arrêter ces violences maintenant que les ex-rebelles Séléka ont dû quitter le pouvoir?

-« Nous sommes pour que la paix revienne, pour le bien-être de tous les Centrafricains. Les anti-balaka ne sont pas à Bangui pour piller. Nous demandons aux forces de défense, à la Misca (force africaine), à Sangaris (force française) de monter à l’assaut des faux anti-balaka. Ce sont des voleurs, des bandits qui nous imitent avec de faux gris-gris. Les musulmans sont nos frères. Nous avons attaqué les mercenaires musulmans de la Séléka, mais il ne faut pas attaquer les musulmans civils. Nous sommes pour un processus de pacification ».

Q/ Etes-vous satisfait de la nomination de la présidente Catherine Samba Panza, entendez vous ses appels à la fin des violences?

– « On l’a applaudie quant elle a été élue. Mais elle a fait revenir en force des ministres Séléka (trois) dans son gouvernement, et même un vice Premier ministre (ministre d’Etat: Herbert Gontran Djono)) ! Alors que les anti-balaka ne sont pas représentés ! Un ministre qui a volé sous Djotodia, qui a vidé le fonds minier (il était aux mines, accusé de corruption). C’est très bizarre. J’ai pris un coup à cette annonce. J’ai du m’agenouiller devant mes enfants, longtemps, je les ai suppliés de ne pas aller tirer un coup de feu!. Bon, on espère des postes techniques au sein du gouvernement, et on a les prochaines élections en vue ».

Q/ De combien de combattants disposez-vous, et, dans la perspective des élections à venir, comptez-vous transformer votre mouvement en parti politique?

– « Dans Bangui, nous sommes aux alentours de 30. 000, et en province 60. 000. Membres des forces armées mais aussi civils. Ces civils, venus de loin, comment les ramener?, c’est un problème. Nous n’avons pas l’intention de nous transformer en parti politique. Mais nous demandons un équilibre au sein du Conseil national de transition (CNT, parlement), c’est la moindre des choses pour décider de l’étape suivante, des changements constitutionnels ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte