Politique

Simon Worou, né à Lomé, séminariste, militaire et maire de village français

Simon Worou, né à Lomé, séminariste, militaire et maire de village français © AFP

Les grands-parents de sa femme n'avaient encore jamais vu un Noir quand il les rencontra en 1997 dans leur village du Sud de la France. Dix-sept ans plus tard, le Togolais Simon Worou y est le premier maire d'origine africaine du département français de l'Aveyron.

« Il m’arrive quelque chose de formidable », dit ce « pilier » d’1,85 m, né à Lomé il y a 43 ans.

Les enfants des environs qu’il entraîne au rugby lui lancent des « coucou, Simon! », des voisins lui tapent sur l’épaule, le chambrent, en guise de « félicitations à Monsieur le maire » de Sainte-Juliette-sur-Viaur, 577 habitants. . .

En 1997, Simon découvrait pour la première fois ce village, ses deux clochers, ses vieilles fermes en pierres brunes, et ses collectes de lait de brebis pour le fromage roquefort.

« Je faisais mes études de sous-officier dans l’armée de l’Air française, à Rochefort (ouest) et j’étais invité chez les parents de ma (future) femme. Ses grands-parents n’avaient jamais vu un +black+ de leur vie. . . Puis mon beau-père – un agriculteur très ouvert – m’a demandé d’aller jouer au rugby dans le village voisin de Cassagnes-Bégonhès. Et j’ai été épaté de l’accueil, adopté ».

– l’intégration par le rugby –

« Les coups durs, il en a pourtant connu sur le terrain quand les supporters lui lançaient des +rasta+, +mange ta banane+, +sale nègre+ », se souvient Olivier Rebois, son entraîneur de rugby à partir de 2000 et son ami.

Le racisme, Simon dit aussi l’avoir « senti un peu dans le boulot » quand il prenait tous les emplois du coin – dépeceur de cochons à l’abattoir en journée et portier de bowling en soirée – avant de gérer une équipe chargée de la propreté à la mairie de Rodez.

L’homme n’a pas tout à fait oublié qu’en 2002 la mairie de Sainte-Juliette avait refusé son dossier de mariage, présumé « blanc » parce qu’on le soupçonnait d’épouser sa fiancée « pour les papiers ». . . Le couple était allé se marier dans la commune d’à côté.

Mais la confiance l’a emporté et on est vite passé du « il est où le Noir? » à « il est où Simon? », dit-il.

Au coeur de Sainte-Juliette, une ancienne agricultrice de 80 ans le dit spontanément: « Il est du coin, maintenant! Il est marié à une dame d’ici, habite une ancienne grange retapée, son fils va à l’école communale. Qu’est-ce que vous voulez, il ne faut pas être raciste! Il faut tenter. Il est bien gentil, assez jovial et quand il a fait le tour de toutes les maisons, moi je l’ai trouvé bien ».

Résultat: la liste sans étiquette qu’il conduisait en tant qu’ancien conseiller municipal a réuni 62% des voix dès le premier tour des élections municipales en mars. Il a récolté 222 voix – sur 357, une partie des villageois ayant, tout de même, rayé son nom.

Au restaurant « Au parfum d’Aveyron » où il émiette du pain dans sa soupe et boit du vin rouge avec sa charcuterie, Simon savoure « la reconnaissance » que l’élection lui offre et se dit « Aveyronnais, un point c’est tout ». « Des électeurs du FN (Front national, extrême droite) viennent boire une bière à la maison, ça ne me dérange pas. J’aime l’humain. Beaucoup. Quels que soient ses a priori, ses appartenances », dit ce militant au Parti socialiste.

– l’armée après le séminaire –

A Lomé, l’adolescent cherchait déjà toutes les voies d’intégration par le collectif: au petit séminaire dès ses 11 ans avec l’idée de « faire curé », puis dans l’armée française qui recrutait dans son pays, jusqu’à devenir sous-officier. « On était une génération sans perspective. On avait soif de connaître autre chose », dit-il. Le Togo vivait alors sous le règne de Gnassingbé Eyadema – au pouvoir pendant 38 ans jusqu’à sa mort en 2005 – et dont le fils Faure Gnassingbé préside aujourd’hui le pays.

Il tenta bien – une fois – de revenir à Lomé, mais ne tint pas plus d’une semaine dans un camp de l’armée de l’Air: « J’avais fait un effacement total du Togo dans ma tête ».

Monsieur le maire dit aujourd’hui « cacher sous un grand sourire » qu’il est anxieux de bien faire. Vingt-cinq ans après l’élection du Togolais Kofi Yamgnane à la mairie d’une commune de Bretagne, dans l’ouest de la France.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte