Politique

Maroc: à Fès, hommage musical de Johnny Clegg et Youssou N’Dour à Mandela

Par
Mis à jour le 16 juin 2014 à 15:13

Maroc: à Fès, hommage musical de Johnny Clegg et Youssou N’Dour à Mandela © AFP

Les légendes africaines Johnny Clegg et Youssou N’Dour ont rendu un hommage festif au héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela, dimanche soir à Fès, la capitale spirituelle du Maroc, où se tient la 20e édition du « Festival des musiques sacrées ».

Le jour même où la famille de l’ex-président sud-africain annonçait la fin de sa période de deuil, plusieurs milliers de personnes ont participé à ce vibrant hommage musical dans le cadre grandiose de la cité idrisside, dont l’ancienne médina figure au patrimoine de l’humanité.

« Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme »: le spectacle a débuté par un moment de recueillement, avec la lecture du poème « Invictus » de William Ernest Henley, que Mandela avait coutume de réciter en prison.

Mais une fois Johnny Clegg sur scène, le public métissé de « Dar Makina » –ancienne manufacture à la porte néo-classique monumentale– n’a pas tardé à faire la fête et dansé sur les rythmes du « zoulou blanc ».

« Merci pour cet hommage à un grand homme qui a joué un rôle important dans ma vie et dans celle du monde », a conclu en français l’artiste de 61 ans, après avoir interprété « asimbonanga », tube planétaire des années 80 dédié à Nelson Mandela alors qu’il était emprisonné à Robben Island.

L’hommage s’est fait encore plus festif avec Youssou N’Dour, un habitué des « musiques sacrées », le doyen des festivals marocains qui fête son 20e anniversaire (13-21 juin).

– « Concrétiser ses convictions » –

Le chanteur sénégalais a été rejoint un temps par Johnny Clegg pour interpréter son titre « Nelson Mandela », écrit en 1985 après des heures passées à Dakar « à regarder les informations sur l’apartheid aux JT avec (sa) mère ».

Les deux artistes ont alors mêlé leurs chansons consacrées au premier président noir de l’Afrique du sud.

« A cet instant, on a vraiment eu l’impression que l’image de Nelson Mandela planait sur la scène », a déclaré à l’AFP Michel Pautel, un Français venu à Fès pour l’occasion, au terme de ce double concert de trois heures.

« C’était un superbe spectacle avec deux grands artistes et un public enthousiaste (. . . ). Quant à Mandela, c’est quelqu’un qui est parvenu à concrétiser ses convictions en mettant fin à l’apartheid et en devenant président, sans ranc?ur. Il méritait ce bel hommage », a-t-il ajouté.

Deux Forums du festival sont aussi consacrés à l’ex-chef d’Etat sud-africain, en présence de personnalités parmi lesquelles l’ancien ministre français Jack Lang, actuel président de l’Institut du monde arabe, et l’ambassadrice palestinienne auprès de l’UE, Leila Shahid.

« Cette musique extraordinaire, c’est le plus bel hommage, et c’est très beau aussi de le rendre dans un pays dont +les racines sont en Afrique et le feuillage en Europe+, comme le disait Hassan II », a déclaré à l’AFP Mme Shahid, présente dimanche soir dans le public.

Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013 à l’âge de 95 ans. Dimanche, ses proches ont annoncé que leur période de deuil avait pris fin, six mois après l’inhumation de l’ancien président.