Politique

RDC: la rébellion a attaqué en violation de son cessez-le-feu

La rébellion de Laurent Nkunda a « lancé des attaques » dimanche dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), en violation de son propre cessez-le-feu, a affirmé lundi la Mission des Nations unies en RDC (Monuc) dans un communiqué.

Par
Mis à jour le 17 novembre 2008 à 17:30

RDC: la rébellion a attaqué en violation de son cessez-le-feu © AFP

« Dimanche 16 novembre 2008, les forces du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ont lancé des attaques et pris le contrôle » de plusieurs petites localités de l’est de la RDC, a expliqué la Monuc, accusant la rébellion d’avoir déclenché les hostilités alors que jusqu’à présent armée et CNDP s’en rejetaient la responsabilité.

« La Monuc dénonce les actes de violations enregistrés sur le terrain et invite les parties à respecter le cessez-le-feu pour ne pas aggraver davantage la situation humanitaire », a-t-elle ajouté.

Interrogé par l’AFP, le porte-parole de la Monuc à Kinshasa, Madnodje Mounoubaï, a précisé que la Monuc faisait référence au cessez-le-feu unilatéral décrété le 29 octobre par le CNDP.

Les combats dimanche ont eu lieu alors que le chef rebelle Laurent Nkunda réaffirmait, à la suite de son entretien avec l’envoyé spécial de l’ONU pour la RDC, Olusegun Obasanjo, que son mouvement respectait le cessez-le-feu qu’il a décrété.

Pour la Monuc, « il est impératif que le cessez-le-feu soit respecté par tous, non seulement pour donner une chance au processus politique qui bénéficie actuellement d’un important appui diplomatique tant international que régional, mais aussi pour éviter de nouvelles souffrances inutiles aux nombreuses populations civiles ».

Le CNDP s’est emparé de « Km9 et Ndeko », selon la Monuc. Plus tôt lundi, le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, avait aussi confirmé à l’AFP la prise par la rébellion de Rwindi.

Ces trois localités voisines sont situées à une centaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, et à 20 km au sud-est de la ville stratégique de Kanyabayonga.

Dimanche, « les hélicoptères d’attaque de la Monuc ont effectué des vols de reconnaissance dans ce secteur et demeurent prêts pour toutes éventualités », selon la Monuc.

Lundi, la situation restait tendue dans la région mais aucun combat n’a été signalé.

Le Nord-Kivu est le théâtre depuis fin août de combats entre le CNDP et l’armée, qui ont provoqué le déplacement d’environ 250. 000 personnes.

La rébellion est positionnée depuis fin octobre à une quinzaine de kilomètres de Goma, ville d’un demi-million d’habitants, et depuis quelques jours à une vingtaine de kilomètres de Kanyabayonga. Cette ville est considérée comme la porte d’accès vers toute la partie nord de la province du Nord-Kivu.