Politique

Le pétrolier détourné avec 2 millions de barils à bord est au large de la Somalie

Un superpétrolier saoudien chargé de 2 millions de barils de brut dont des pirates armés se sont emparés en plein océan Indien se trouvait mardi au large de la Somalie, selon l’armée américaine qui s’est dite surprise par ce détournement sans précédent.

Par
Mis à jour le 18 novembre 2008 à 11:25

Le pétrolier détourné avec 2 millions de barils à bord est au large de la Somalie © AFP

« Le tanker est au large de la Somalie et il est toujours sous le contrôle des pirates », a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’US Navy au siège de la Ve Flotte à Bahreïn.

Lundi soir, une porte-parole de la Flotte avait indiqué que les pirates mettaient le cap sur un port du nord de la Somalie. « D’après le dernier rapport que nous avons, le navire est en train de s’approcher du port d’Eyl » sur la côte nord de la Somalie, a-t-elle dit.

Mesurant près de trois fois la taille d’un porte-avions américain, le Sirius Star, jaugeant 318. 000 tonnes et qui bat pavillon libérien, a été attaqué à plus de 450 milles nautiques (800 km) au sud-est de la ville de Mombasa au Kenya.

Le chef d’état-major interarmées américain, l’amiral Michael Mullen, s’est dit lundi « surpris » par le rayon d’action des pirates ayant détourné le supertanker, qui naviguait alors en très haute mer. « Je suis surpris par la portée (de l’attaque), plus que par la taille » du bateau, a-t-il dit.

Jamais dans les récents actes de piraterie, une attaque n’avait encore été lancée aussi loin en mer, a-t-il ajouté, faisant état de la difficulté d’une intervention armée contre les pirates. « Une fois qu’ils sont parvenus au stade de monter à bord, il devient très difficile de les déloger, parce que, évidemment, ils ont des otages », a-t-il dit.

Les 25 membres d’équipage –originaires de Grande-Bretagne, de Croatie, de Pologne, d’Arabie saoudite et des Philippines– sont « en bonne santé, personne sur le navire n’a été touché », a affirmé à l’AFP une source de la Vela International Marine Ltd, l’opérateur du tanker qui appartient au géant pétrolier saoudien Aramco.

Cette source, qui a requis l’anonymat, a précisé que le Sirius Star, chargé à plein de brut au moment de sa capture, avait une capacité de « quelque deux millions de barils », soit une cargaison d’une valeur de 100 millions de dollars environ.

Aucune indication n’a été obtenue sur les revendications des pirates et on ignorait notamment s’ils avaient demandé une rançon.

« Nous n’avons aucune information sur une quelconque demande », a dit à l’AFP la porte-parole de la marine de guerre américaine interrogée.

Dans un communiqué lundi, l’opérateur a indiqué avoir formé une cellule de crise qui travaille à la libération des membres d’équipage et du navire.

L’attaque s’est produite loin du golfe d’Aden et de la mer d’Arabie où se sont multipliés les actes de piraterie attribués à des hommes armés basés en Somalie, pays livré au chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991.

Au moins 83 bateaux étrangers ont été attaqués par des pirates somaliens dans l’océan Indien et le golfe d’Aden cette année, le double du bilan de 2007, selon le Bureau maritime international.

Dimanche, des pirates somaliens ont détourné au large du golfe d’Aden un cargo japonais, tandis qu’un chimiquier japonais et ses marins, otages depuis six mois, ont été libérés et qu’un patrouilleur russe a mis en fuite des pirates qui tentaient de prendre d’assaut un navire saoudien.

Des pirates retiennent notamment depuis le 25 septembre un cargo ukrainien, le Faina, chargé de chars.

Le Conseil de sécurité de l’ONU avait adopté le 2 juin une résolution permettant à des navires de guerre de traquer des pirates dans les eaux somaliennes considérées comme les plus dangereuses du monde.

En outre, l’Union européenne a approuvé le 10 novembre la première opération navale de son histoire pour lutter contre la piraterie dans cette zone.

Les Etats-Unis et certains de leurs alliés occidentaux maintiennent une présence navale au large de la Somalie.