Politique

Nigeria: des milliers de personnes fuient après une attaque de Boko Haram

| Par AFP
Nigeria: des milliers de personnes fuient après une attaque de Boko Haram

Nigeria: des milliers de personnes fuient après une attaque de Boko Haram © AFP

Le groupe islamiste armé Boko Haram a lancé lundi une nouvelle attaque contre une ville du nord-est du Nigeria, Gamboru Ngala, provoquant la fuite de milliers d’habitants vers le Cameroun voisin, selon des témoignages recueillis par l’AFP.

Plusieurs groupes de militants islamistes lourdement armés ont attaqué de manière coordonnée à l’aube une base militaire et un poste de police, entraînant d’intenses combats, selon des habitants.

« Beaucoup d’entre nous se sont enfuis vers le Cameroun à cause de l’attaque de Boko Haram », a témoigné pour l’AFP un habitant de la ville, Hamisu Lawan.

Gamboru Ngala, situé dans l’Etat de Borno, est une ville frontalière.

« De fortes détonations ont éclaté à exactement 05h30 (04h30 GMT) au poste de police principal de la ville et dans la base militaire à l’extérieur de la ville », a précisé Hamisu Lawan, qui s’est enfui à Fotokol, ville camerounaise de l’autre côté de la frontière.

« Les combats font depuis deux heures maintenant », indiquait lundi matin un autre habitant, Kabiru Muktar, interrogé par téléphone.

Selon des habitants, un avion de combat de l’armée nigériane est intervenu.

Les habitants ont fui de peur que les militants de Boko Haram ne commettent un nouveau massacre. En mai, les insurgés islamistes avaient déjà attaqué la ville qu’ils avaient quasi entièrement rasée et ils avaient tué plus de 300 civils.

Les militants radicaux ont aussi massacré des centaines de personnes lors de la prise récente de Gwoza, également dans l’Etat de Borno, ville que le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré dimanche placée sous le règne d’un « califat islamique ».

« Ils se sont concentrés sur le poste de police et la base militaire mais nous craignons qu’après ils se retournent contre nous », a expliqué un habitant, Kabiru Muktar.

Les habitants ont apparemment pu fuir au Cameroun bien que ce pays ait annoncé le 18 août la fermeture de ses 1. 600 kilomètres de frontière avec le Nigeria en raison de l’épidémie d’Ebola qui touche ce pays.

D’autres habitants se sont terrés chez eux.

« Nous nous sommes enfermés chez nous parce que nous avons peur de sortir » à cause de l’attaque de Boko Haram, « les tirs et les explosions sont terrifiants », a confié une mère de quatre enfants, Maimuna Faruk.

Selon des responsables locaux et des habitants de l’Etat de Borno, Boko Haram contrôle la route principale qui va de Maiduguri, la capitale de l’Etat, à Gamboru Ngala.

L’insurrection armée de Boko Haram, qui frappe principalement le nord-est du Nigeria, dure depuis cinq ans et a fait au moins 10. 000 morts. Les attaques du groupe se sont intensifiées cette année, l’armée nigériane étant incapable d’y mettre fin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte