Politique

Guinée: les industries minières menacées par la crise financière

Le Premier ministre guinéen, Ahmed Tidiane Souaré, a estimé mardi que la crise financière mondiale aura un impact sur les industries minières et énergétiques en Afrique de l’Ouest qui risquent, selon lui, « de fermer ».

Par
Mis à jour le 18 novembre 2008 à 21:08

Guinée: les industries minières menacées par la crise financière © AFP

« La crise financière internationale que nous vivons actuellement avec les dérégulations et le ralentissement économique mondial qui en découlent constituent une réelle menace pour le développement des industries minières et énergétiques en Afrique », a déclaré M. Souaré à l’ouverture du premier sommet de l’Afrique de l’Ouest sur l’énergie et les mines, organisé à Yamoussoukro (centre).

« Les impacts se font sentir sur le secteur car beaucoup de grandes sociétés minières annoncent avoir arrêté tout ou une partie de leur production et avoir fermé des mines ou encore geler des investissements », a-t-il ajouté.

Ce phénomène est lié à « la hausse des stocks mais surtout à la baisse des prix des métaux, à tel point que les coûts de production ne sont plus couverts », a expliqué M. Souaré.

« Tous ces facteurs vont contribuer au désinvestissement et au report de la mise en oeuvre des grands projets miniers et énergétiques de notre sous-région », a estimé le ministre guinéen dont le pays est le premier exportateur mondial de bauxite et regorge de richesses minières.

« Face à cette situation », M. Souaré a demandé au sommet d’engager « des réflexions stratégiques profondes devant aboutir à des propositions concrètes ».

Il a également suggéré la création d’un « centre d’études stratégiques des ressources naturelles pour l’Afrique de l’Ouest » en vue de sauvegarder les intérêts des pays africains et « d’apporter une réponse aux multinationales qui visent le contrôle de nos ressources ».