Politique

Darfour: le procureur de la CPI demande l’arrestation de trois rebelles

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi qu’il demandait aux juges de la CPI d’émettre des mandats d’arrêt contre trois commandants de groupes rebelles, auteurs présumés d’une attaque qui a causé la mort de 12 soldats de l’Union africaine (UA) au Darfour en 2007.

Par
Mis à jour le 20 novembre 2008 à 12:08

Darfour: le procureur de la CPI demande l’arrestation de trois rebelles © AFP

« Je ne permettrai pas que des attaques de ce genre restent impunies », a déclaré le procureur Luis Moreno-Ocampo dans un communiqué.

« Il y a des motifs raisonnables de croire que ces commandants rebelles portent la responsabilité pénale de trois chefs d’accusation de crimes de guerre présumés, à savoir le meurtre, des attaques dirigées intentionnellement contre le personnel ou des biens employés dans le cadre d’une mission de maintien de la paix et le pillage », a-t-il précisé.

Douze soldats de la force de maintien de la paix de l’Union africaine avaient été tués et huit autres blessés le 29 septembre 2007 lors d’affrontements armés à Haskanita, au Darfour, région de l’ouest du Soudan déchirée depuis 2003 par une guerre civile.

M. Moreno-Ocampo a ajouté qu’il devait présenter jeudi aux juges de la CPI les éléments contre les commandants rebelles concernés, dont il n’a pas divulgué les noms.

« Ils ont organisé l’offensive, mené leurs troupes et dirigé l’attaque au cours de laquelle douze soldats de maintien de la paix ont perdu la vie et huit autres ont été blessés », a-t-il relevé.

Les mandats d’arrêts sont délivrés par les juges de la CPI après un examen des preuves avancées par le bureau du procureur.

M. Moreno-Ocampo a demandé en juillet un mandat d’arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir, qu’il accuse de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour. Les juges n’ont pas encore rendu leur décision.

Le ministre soudanais aux Affaires humanitaires, Ahmed Haroun, et un chef des milices pro-gouvernementales Janjawids, Ali Kosheib, sont visés, depuis mai 2007, par deux mandats d’arrêt de la CPI pour crimes de guerre au Darfour.

Le conflit au Darfour entre groupes rebelles et forces gouvernementales, appuyées par des milices arabes, a fait depuis 2003 plus de 300. 000 morts selon l’ONU, des chiffres contestés par le Soudan qui décompte seulement 10. 000 tués.

Fonctionnant depuis juillet 2002, la CPI, à La Haye, est le seul tribunal permanent chargé de juger les auteurs de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.