Politique

RDC: combats entre rebelles et miliciens pro-gouvernementaux

Des combats opposant les rebelles de Laurent Nkunda et des miliciens pro-gouvernementaux ont éclaté jeudi matin dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources concordantes.

Par
Mis à jour le 20 novembre 2008 à 12:38

RDC: combats entre rebelles et miliciens pro-gouvernementaux © AFP

Les affrontements « ont commencé ce matin » dans les villages de Katoro et Nyongera, à environ 5 km au nord de Kiwanja (75 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu), a expliqué à l’AFP à Kiwanja une source sécuritaire sous couvert d’anonymat.

Ils impliquent des miliciens pro-gouvernementaux Maï-Maï et les rebelles congolais du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), et « peut-être aussi » l’armée régulière congolaise et des rebelles hutus rwandais, selon cette source.

« Le CNDP essaie de déloger nos troupes à Katoro », a affirmé de son côté Didier Bitaki, porte-parole des « forces armées Maï-Maï » dans le Nord-Kivu.

Selon le CNDP, ces affrontements à l’arme lourde impliquent aussi des militaires de l’armée et des rebelles hutus rwandais. Ces derniers combattent aux côtés des Maï-Maï, assure la rébellion de Laurent Nkunda.

« Ils ont tenté d’avancer vers nos positions vers 06h30 (04h30 GMT) pour aller prendre Kiwanja. Nos forces sont en train de leur résister », a déclaré à l’AFP le porte-parole du CNDP, Bertrand Bisimwa.

Le CNDP a opéré mardi et mercredi un retrait unilatéral d’un front du Nord-Kivu. Mais les affrontements de jeudi ont lieu dans une zone qui n’est pas concernée par ce retrait.

« Ca a commencé vers 07h30 (05h30 GMT). Les Maï-Maï avançaient sur Katoro. Quand le CNDP les ont vus, ils ont tiré. Ils utilisaient toutes sortes d’armes », a expliqué à l’AFP Manu, 18 ans, qui a fui Katoro en direction de Kiwanja.

La Mission des Nations unies en RDC (Monuc) avait ouvert le feu mercredi sur des Maï-Maï dans cette région, en riposte à des tirs visant une patrouille de deux blindés de l’ONU.

Selon M. Bitaki, la Monuc était aussi impliquée dans les affrontements de jeudi matin à Katoro. « La Monuc a tiré sur nos éléments, elle s’est retrouvée en difficultés et a fait appel au CNDP (. . . ). C’est une coalition CNDP/Monuc contre les Maï-Maï », a-t-il affirmé.

Interrogé par l’AFP, le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, n’a pu ni confirmer ni infirmer dans l’immédiat ces informations.

La province du Nord-Kivu, située à plus de 1. 500 km à l’est de la capitale Kinshasa, est le théâtre depuis près de trois mois de combats entre d’une part la rébellion de Laurent Nkunda et d’autre part l’armée congolaise et des groupes armés alliés.

Le CNDP a infligé de lourdes défaites à l’armée. Mardi et mercredi, il a retiré unilatéralement ses troupes d’une quarantaine de kilomètres sur le front nord, pour donner « une chance à la paix ».

Mais ce retrait ne concerne pas le front le plus sensible, situé à une quinzaine de kilomètres de Goma, ville d’un demi-million de personnes où sont cantonnés un millier de casques bleus.