Justice
L’épave de l’appareil du président Juvénal Habyarimana, tué dans un attentat le 6 avril 1994. © Bouju/AP/Sipa

Cet article est issu du dossier

Attentat du 6 avril 1994 : retour sur l’enquête de la discorde entre la France et le Rwanda

Voir tout le sommaire
Politique

Rwanda : Rose Kabuye « très surprise » de son arrestation

Rose Kabuye, une proche du président rwandais Paul Kagame, inculpée en France dans l’enquête sur l’attentat contre l’avion du président Juvénal Habyarimana en 1994, a assuré vendredi avoir été « très surprise » par son arrestation en Allemagne.

Par
Mis à jour le 9 mars 2022 à 12:00

« J’ai été très surprise d’être arrêtée », a-t-elle affirmé lors d’une conférence de presse à Paris, affirmant qu’elle disposait d’un passeport diplomatique et d’une lettre de mission de son gouvernement.

« Personne ne voudrait quitter son pays et sa famille pour être arrêté. Donc je ne suis absolument pas venue (en Allemagne) pour être arrêtée », a-t-elle ajouté.

Directrice du protocole du président rwandais, Rose Kabuye a été interpellée à l’aéroport de Francfort le 9 novembre sur mandat d’arrêt de juges antiterroristes français.

Transférée en France mercredi, elle a été inculpée pour complicité d’assassinats et association de malfaiteurs, le tout en relation avec une entreprise terroriste et laissée libre sous contrôle judiciaire.

Au lendemain de son arrestation, un porte-parole du ministère allemand avait affirmé à l’AFP que Mme Kabuye avait été informée avant son arrivée que les autorités allemandes seraient tenues de l’arrêter dès lors qu’elle poserait le pied en Allemagne.

« Vous auriez dû me voir quand j’ai été arrêtée, quand j’ai appelé mes enfants, sachant que je ne les reverrai pas avant longtemps. Quand vous êtes innocent, c’est un sentiment très désagréable », a-t-elle confié.

Elle a expliqué qu’elle savait que le mandat d’arrêt constituerait une épée de Damoclès « au-dessus de sa tête jusqu’à (sa) mort ».

« Lors de mon arrestation, je me suis dit que je n’allais pas expliquer mon affaire avec l’Allemagne » mais avec la France. « Je suis ici pour m’expliquer et prouver mon innocence », a affirmé Rose Kabuye.