Politique

RDC: Nkunda dénonce l’envoi de 3.000 Casques bleus en renfort au Nord-Kivu

Le chef rebelle Laurent Nkunda a dénoncé samedi l’arrivée prochaine de 3. 000 Casques bleus supplémentaires dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), appelant la population à ne pas l’accepter et à prendre charge sa propre sécurité.

Par
Mis à jour le 22 novembre 2008 à 14:40

RDC: Nkunda dénonce l’envoi de 3.000 Casques bleus en renfort au Nord-Kivu © AFP

« On envoie encore 3. 000 Casques bleus, et vous vous applaudissez. Vous vous trompez ! », a lancé M. Nkunda au cours d’une grande « réunion populaire » organisée par la rébellion à Rutshuru, à 80 km au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu.

« Nous disons que nous n’accepterons pas qu’il y ait des gens pour nous sécuriser ici », a-t-il déclaré, dans un discours devant près de 1. 500 spectateurs réunis dans le stade de Rutshuru.

« Qui viendra sécuriser chacun dans sa maison ? La Monuc (Mission de l’ONU en RDC) ? Nous devons nous unir et travailler pour notre propre sécurité », a affirmé le chef rebelle.

« Soit vous nous aidez à faire la révolution, ou bien vous vous taisez avec la Monuc (. . . ) Mais si vous attendez la paix de la Monuc, il faudra l’attendre après la pluie », a-t-il poursuivi.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé jeudi d’envoyer 3. 000 Casques bleus supplémentaires pour venir renforcer les effectifs de la Monuc, forte actuellement d’environ 17. 000 hommes.

Près de 5. 000 d’entre eux sont déployés dans le Nord-Kivu où les combats à grande échelle ont repris depuis fin août entre la rébellion et l’armée congolaise. La date d’arrivée des renforts onusiens en RDC n’est pas encore connue.

« Chaque jour vous demandez quelque chose, mais jusqu’à quand allez vous mendier ? », a apostrophé le chef rebelle, qui s’exprimait en swahili et d’un ton théâtral, appuyant son propos par de grands gestes tout en ponctuant son discours de références à la bible.

« C’est chez vous (à Rutshuru) qu’il y a des FDLR (rebelles hutus rwandais), des Mai-Maï (miliciens pro-gouvernementaux). Je dis aux Congolais de se mettre debout et de combattre avec force et sans peur. Moi je n’ai pas peur ».

« Il y a des gens ici qui sont organisés pour combattre Nkunda », a dénoncé l’ex-général. Mais « ils ne vous disent pas que votre gouvernement ne paie pas les enseignants, que pour se faire soigner, il faut que MSF (Médecins sans frontières) soit là, qu’il y ait des humanitaires pour prendre en charge vos enfants », a-t-il accusé.

Le chef du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) a dénoncé « la mauvaise gestion et la corruption » du gouvernement congolais: « Ces gens du gouvernement sont des mauvais leaders et cela depuis que le colonisateur belge est parti ».

« Je veux que lundi les écoles, les boutiques rouvrent et que la vie reprenne normalement », a-t-il continué, faisant approuver par acclamation la nouvelle administration installée par le CNDP à Rutshuru.