Politique

RDCongo: Banyarwanda contre Nande, l’autre guerre du Nord-Kivu

RDCongo: Banyarwanda contre Nande, l'autre guerre du Nord-Kivu © AFP

C'est une guerre dans la guerre. Les tensions entre Congolais rwandophones, Hutu et Tutsi, et la communauté rivale des Nande sont l'une des dynamiques clé du conflit actuel dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Héritage du mobutisme, le jeu politique dans la province du Nord-Kivu, aujourd’hui champ de bataille de l’armée et de la rébellion de Laurent Nkunda, tourne autour de ces trois communautés ethniques.

Les Nande contrôlent sans partage toute la partie nord du Nord-Kivu, frontalière de l’Ouganda. Réputés pour leurs talents de commerçants, ils représentent près de 50% des 4 millions d’habitants de la province.

Arrivés du Rwanda voisin depuis le XVIIIème siècle par vagues d’immigration successives, Hutu (20% de la population) et Tutsi (beaucoup plus minoritaires) sont désignés par leurs compatriotes sous le terme de Banyarwanda. Ils sont majoritaires dans le sud de la province, autour de sa capitale Goma.

Depuis l’indépendance, de nombreuses violences locales ont eu pour origine le fort ressentiment intercommunautaire, alimenté par la concurrence pour le contrôle des terres et le pouvoir économique.

Ces tensions ont été exacerbées par des années de manipulations politiques sous Mobutu et de mauvaise gouvernance, ainsi que les suites du génocide de 1994 au Rwanda.

Après plus d’une décennie de domination tutsi (au travers de la rébellion soutenue par le Rwanda), « les Nande ont pris le contrôle total de la province » depuis les élections de 2006, explique François Grignon, du groupe de recherche International Crisis Group (ICG).

Le gouverneur Julien Paluku est un Nande, et ceux-ci contrôlent tous les postes clés de l’exécutif provincial.

Les rivalités communautaires se cristallisent désormais entre les élites Nande et Tutsi à Goma, et plus au nord dans les territoires de Masisi et Rutshuru, où paysans Hutus et Nande se disputent les terres.

La communauté Nande est localement le principal soutien politique du président Joseph Kabila. Au combat, ils fournissent également le gros des miliciens Maï-Maï, alliés à l’armée régulière.

Tout en s’appuyant sur les Nande, « Kabila tente depuis deux ans de diviser les Banyarwanda. Il s’agit de s’attirer le soutien des Hutu pour mieux isoler les Tutsi », explique M. Grignon.

Cette stratégie d’isolement a abouti notamment au débauchage d’une influente personnalité hutu, Eugène Serufuli, et à la défection de centaines de combattants hutu des rangs de la rébellion.

« En récupérant de nombreux Hutu, Kabila a réussi à fragiliser les Banyarwanda et à creuser encore un peu plus le fossé entre Hutu et Tutsi », admet le porte-parole de la rébellion, Bertrand Bisimwa.

« Les Tutsi se sont ainsi retrouvés isolés », renforçant l’idée que la rébellion défendait les seuls intérêts des Tutsi, tout en radicalisant le général congolais déchu tutsi Laurent Nkunda, analyse une source diplomatique.

Les Hutu congolais de leur côté se sont rapprochés des rebelles hutu rwandais qui sévissent dans la région, avec une nouvelle montée de haine anti-Tutsi.

Le phénomène a ainsi aggravé une tendance lourde au sein des Banyarwanda: conséquence du génocide rwandais et de quatorze années d’ondes de choc dans les Kivus, la fracture entre Hutu et Tutsi s’est creusée de façon durable.

Maintenant plus que jamais, « l’enjeu est le contrôle de la communauté Hutu du Nord-Kivu », souligne une autre source diplomatique.

Déçus de ne pas avoir touché plus de dividendes de leur ralliement à Kinshasa, subissant de plein fouet les violences sur le terrain, de nombreux Hutu congolais sont tentés de se tourner de nouveau vers Nkunda, l’homme fort du moment, admettent en coulisses des notables hutu.

« Les Hutu ont le sentiment d’avoir fait le mauvais choix », observe l’analyste congolais Onesphore Sematumba.

Nkunda l’a parfaitement compris, qui veut désormais fédérer les Hutu à sa cause et joue la carte de la réconciliation avec, affirment ses détracteurs, le projet de créer une enclave rwandophone homogène dans le Nord-Kivu.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte