Politique

Niger: les rebelles touareg du FFR démentent avoir enlevé Robert Fowler

Le président du groupe rebelle touareg nigérien du Front des Forces de Redressement (FFR) a démenti mardi toute implication de son mouvement dans la disparition de deux diplomates canadiens, dont l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour le Niger Robert Fowler.

Par
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 12:07

« Le FFR dément formellement être impliqué dans la disparition » des diplomates, a affirmé au téléphone Mohamed Awtchiki Kriska, une des figures de la révolte touareg des années 1990.

« Nous ne sommes pas au courant. La personne qui a mis cette information sur notre site internet a été induite en erreur. Ce type d’action est contraire à la vision et l’approche du FFR », a-t-il déclaré.

Peu auparavant, un communiqué signé par le « commissaire à la guerre » du FFR, Rhissa Ag Boula, une autre figure historique de la rébellion, avait revendiqué l’enlèvement. Il affirmait que Robert Fowler « se porte bien, et sera bientôt transféré dans un lieu sûr, et remis à d’autres collaborateurs qui le prendront en charge ».