Politique

Liberia: plusieurs anciens chefs de guerre devraient être inculpés

Plusieurs anciens chefs de guerre libériens devraient être inculpés par la Commission vérité et réconciliation pour les crimes commis pendant la guerre civile (1989-2003), a indiqué lundi un des ex-chefs de guerre qui affirme avoir un rapport confidentiel de la commission.

« Dans le rapport, je suis inculpé pour crimes de guerre pour avoir tué (l’ancien président) Samuel Doe et avoir commis des massacres dans la région de Bong Mines », a déclaré lors d’une conférence de presse Prince Johnson, ancien chef de guerre et actuellement sénateur.

Selon lui, il y a 200 noms dans le rapport et tous ceux qui sont sur la liste des personnes à inculper sont d’anciens chefs de guerre. « Tous les ex-dirigeants de factions (armées) sont sur la liste », a-t-il ajouté, avant de lancer une mise en garde.

« Nous, ancien chefs de factions, nous révolutionnaires, nous sommes pour la paix dans ce pays. Et personne ne devrait faire de chasse aux sorcières nous concernant, personne ne devrait essayer de m’arrêter car il y aura des résistances », a-t-il averti.

Connu pour sa violence, Prince Johnson avait filmé ses hommes en train de torturer et tuer l’ex-président Samuel Doe en 1990.

Sollicité par l’AFP, un porte-parole de la commission, James Kargoi, s’est refusé à tout commentaire. « Nous ne pouvons pas faire de commentaire sur notre rapport final avant le 22 juin 2009 car c’est un document très confidentiel », a-t-il précisé.

La Commission vérité et réconciliation au Liberia est à l’image d’une commission analogue instituée en Afrique du Sud pour juger des crimes au cours de l’époque de l’apartheid.

Créée après un accord de paix signé en 2003, elle a été mise en place en 2006 et a pour mission de recenser toutes les violations des droits de l’Homme commises lors des guerres civiles qui ont ravagé ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest de 1989 à 2003.

La commission a également compétence sur les années 1979-89, dont le sanglant coup d’Etat ayant porté au pouvoir en 1980 Samuel Doe ainsi que les multiples crimes qui ont marqué son règne et ont abouti au déclenchement d’une rébellion à Noël 1989 par Charles Taylor.

La guerre au Liberia avait ravagé le pays et fait plus de 250. 000 morts.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte