Finance

Zimbabwe: chute des prix depuis l’abandon de la monnaie locale

| Par AFP
Zimbabwe: chute des prix depuis l'abandon de la monnaie locale

Zimbabwe: chute des prix depuis l'abandon de la monnaie locale © AFP

Le Zimbabwe, qui deténait le taux d’inflation le plus élevé du monde, a annoncé mardi une chute des prix depuis l’abandon en janvier de sa monnaie locale en faveur des dollars américains.

« Les prix (. . . ) ont baissé en moyenne de 3,1% de janvier à février 2009 », a annoncé l’Office central des statistiques, précisant que le calcul de l’inflation basée en dollars américains avait permis cette baisse.

« L’inflation mensuelle en février était de -3. 1%, soit une perte de 0. 8% par rapport au taux de janvier qui s’élevait à -2. 3% », a-t-il précisé.

La dernière annonce officielle remonte à juillet et fait état d’un taux annuel d’inflation de 231 millions % mais les économistes estimaient qu’il se chiffraient en milliards pour cent. Pour tenter de juguler cette hyperinflation et remédier au manque de liquidités, la Banque centrale avait introduit une trentaine de nouvelles coupures en 2008 et procédé à deux dévaluations.

L’agence nationale des statistiques a arrêté de calculer depuis janvier l’inflation en dollar zimbabwéen après l’autorisation du gouvernement d’utiliser des devises étrangères. La monnaie locale a aujourd’hui totalement disparu dans ce pays.

Le nouveau gouvernement d’union, formé en février par le président Robert Mugabe et le Premier ministre Morgan Tsvangirai, a présenté la semaine dernière son Programme de relance d’urgence à court terme (Sterp), prévoyant notamment de calculer l’inflation en devises étrangères.

Les autorités tentent avec ce plan de relance de réunir cinq milliards de dollars pour redresser l’économie en ruine du Zimbabwe. Dans ce contexte, l’Afrique australe se réunit lundi prochain au Swaziland pour étudier l’octroi d’un prêt et d’une aide de deux milliards de dollars.

Ancien modèle de développement, le Zimbabwe s’enfonce depuis une dizaine d’années dans une crise sans précédent, qui se caractérise notamment par un taux de chômage de 94% et une production au point mort.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte