Politique

Le festival Musiques Métisses se recentre sur l’Afrique

Le festival Musiques Métisses se recentre sur l'Afrique

Le festival Musiques Métisses se recentre sur l'Afrique © AFP

Musiques Métisses, le plus ancien festival français de musiques du monde, se recentre sur l’Afrique pour sa 34e édition, de vendredi à lundi à Angoulême (ouest), avec plusieurs stars du continent comme l’Ivoirien Alpha Blondy, la Malienne Oumou Sangaré et l’Algérien Khaled.

Les deux premiers, qui sont d’énormes vedettes africaines, seront à l’affiche de la soirée de dimanche.

Khaled, de retour à la scène après plusieurs années de silence, chantera samedi soir lors d’une soirée où la musique arabe sera à l’honneur avec également l’Anglo-Egyptienne Natacha Atlas, qui mêle depuis ses débuts musique orientale et électro.

Dans son nouveau disque, « Liberté », Khaled privilégie un raï acoustique et plus authentique que celui de ses tubes « Didi » et « Aicha ».

Plusieurs chanteurs d’Afrique noire se produiront dans l’île de Bougines, lieu emblématique du festival au pied du centre historique d’Angoulême, parmi lesquels Victor Démé, Erik Aliana, Blick Bassy, So Kalmery.

Victor Démé, chanteur et guitariste burkinabè dont le folk blues évoque son aîné Boubacar Traoré, s’est révélé au public européen l’année dernière seulement, alors que sa carrière dure depuis près de trente ans.

Le Camerounais Erik Aliana appartient à la tradition des chanteurs et conteurs des régions des pygmées de la forêt camerounaise. Le style de musique de Blick Bassy, lui aussi Camerounais, est plus moderne, ouvert à la soul music ou à la bossa.

Le Congolais So Kalmery est le principal dépositaire du « brakka », un style de musique à la gaieté communicative.

Musiques Métisses a par ailleurs invité une petite légende de la musique guinéenne, le saxophoniste Mamadou Barry. Ce musicien, qui appartient à l’âge d’or de la musique guinéenne, celle des grands orchestres d’Etat des années 70, est aujourd’hui l’arrangeur et le directeur musical des Amazones de Guinée et anime son « Gombo Jazz » à Conakry.

Au-delà de cette programmation africaine, le swing manouche, avec le chanteur Sanseverino et le Trio Rosenberg, et les nouvelles musiques urbaines brésiliennes, avec Pedro Luis e A Parede, seront également présents au festival.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte