Politique

Zimbabwe: Mugabe dénonce à l’ONU les « sinistres machinations » des Occidentaux

| Par AFP
Zimbabwe: Mugabe dénonce à l’ONU les « sinistres machinations » des Occidentaux

Zimbabwe: Mugabe dénonce à l'ONU les "sinistres machinations" des Occidentaux © AFP

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe a profité une nouvelle fois jeudi de la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU pour dénoncer les « sinistres machinations » de l’Occident et réclamer la levée des sanctions internationales qui le frappent.

M. Mugabe, 90 ans, dirige le Zimbabwe depuis son indépendance en 1980 et a été réélu l’an dernier. Il est traité comme un paria par les Etats-Unis et les Européens qui l’accusent d’avoir ruiné l’économie du pays dans les années 2000 et souhaitent son départ du pouvoir.

« Ces tentatives de changement de régime sont une politique illégale et diabolique d’ingérence dans les affaires intérieures de mon pays », a-t-il affirmé.

Il a appelé ceux qui lui sont hostiles à « revoir leurs positions et à ouvrir un nouveau chapitre » dans les relations avec son pays. Le Zimbabwe a été « une victime des sinistres machinations des pays occidentaux », a-t-il insisté.

L’économie zimbabwéenne ne s’est toujours pas relevée de la crise provoquée il y a plus de dix ans par la saisie des terres appartenant à la minorité blanche. Selon des économistes indépendants, le taux de chômage atteint désormais les 80%.

Robert Mugabe est sous le coup de sanctions américaines et européennes prises après une vague de répression de l’opposition en 2002. A la mi-février, l’Union européenne a suspendu la plupart des sanctions frappant le pays, en proie à une profonde crise économique, mais a maintenu celles visant spécifiquement le chef de l’Etat et son clan.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer