Politique

Bénin: le ministre de l’urbanisme suspendu pour corruption présumée

Le président béninois Boni Yayi a suspendu le ministre de l’urbanisme pour corruption présumée, a déclaré dimanche soir à l’AFP le porte-parole du gouvernement Victor Topanou.

Par
Mis à jour le 13 juillet 2009 à 11:37

Bénin: le ministre de l’urbanisme suspendu pour corruption présumée © AFP

« François Noudégbessi a été suspendu en attendant de clarifier une affaire de surfacturation et de détournement de fonds publics portant sur environ 9,7 millions d’euros décaissés à l’occasion du sommet de la Cen-Sad (Communauté des Etats Sahélo-sahariens) au Bénin » début 2009, a expliqué M. Topanou joint au téléphone.

« Le ministre des Finances Soulé Mana Lawani qui a été limogé il y a trois semaines pour avoir pris un arrêté ayant une incidence financière de 10,6 millions d’euros par an sur le budget national sans l’accord préalable du président, est aussi suspecté dans cette affaire », a-t-il ajouté.

M. Lawani avait signé en juin 2008 avec le ministre de la Santé à l’époque Késsilé Tchalla un arrêté de « prime de risque exceptionnelle » alloué aux agents de la santé qui est devenu par la suite une prime mensuelle.

Selon des sources proche de la présidence, M. Yayi n’aurait été informé que lors d’un contrôle périodique des finances qu’il a initié récemment face aux difficultés de trésorerie dues à la crise financière mondiale.

« Toute ces affaires ont été confiées à l’Inspection générale de l’Etat pour clarification dans les meilleurs délais et les sanctions administratives sont en cours », a précisé Victor Topanou.

Elu président en mars 2006, Yayi Boni, un ancien banquier, avait fait campagne sur le changement, le retour de la croissance économique et la lutte contre la corruption.

Il avait alors hérité d’un des pays en proie à une crise économique profonde, aggravée par la corruption et la mauvaise gestion des finances publiques.

De 6,2% en 2001, le taux de croissance a baissé régulièrement depuis lors pour se situer à 3,4% en 2004 puis à 2,9 en 2005.