Politique

Cameroun: le président promet « l’éradication totale » de Boko Haram

Le président camerounais Paul Biya a promis lundi l' »éradication totale » du groupe islamiste nigérian Boko Haram, soupçonné d’être à l’origine de la capture de 27 otages chinois et camerounais libérés au cours du week-end.

Par
Mis à jour le 13 octobre 2014 à 18:42

Cameroun: le président promet « l’éradication totale » de Boko Haram © AFP

« Le gouvernement camerounais vous donne l’assurance qu’il va continuer sans relâche à combattre Boko Haram jusqu’à son éradication totale », a déclaré M. Biya, sans donner plus de précision.

Le chef de l’Etat s’exprimait lors d’une cérémonie de réception au palais présidentiel de Yaoundé des 27 ex-otages, dont dix Chinois.

« Ce jour est un jour de joie, une joie qui n’a d’égale que l’angoisse et l’inquiétude qui nous étreignaient pendant toute votre détention », leur a lancé M. Biya.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 10 Chinois et 17 Camerounais enlevés en mai et juillet dans l’extrême-nord du Cameroun lors d’attaques attribuées à Boko Haram ont été remis aux autorités camerounaises, qui n’ont fait aucun commentaire sur les conditions de leur libération.

« Nous étions dans des espèces de huttes dans une forêt assez dense. C’était une zone de savane avec de grands arbres et de grandes herbes. Nous étions à même le sol », a témoigné l’un des anciens otages, le sultan de Kolofata (extrême-nord) Seiny Boukar Lamine, interrogé par la radio d’Etat.

« Nous étions huit dans la famille. Mon épouse et six enfants », a-t-il précisé. L’épouse du vice-Premier ministre Amadou Ali faisait aussi partie des otages.

De source sécuritaire, le Cameroun a versé « une rançon » et libéré « une vingtaine » d’islamistes détenus dans le pays en échange de la libération des 27 captifs.

Depuis plusieurs mois, le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram a intensifié ses incursions armées au Cameroun voisin, amenant le gouvernement à déployer des renforts militaires –y compris des avions de combat– dans l’extrême-nord du pays.

Les autorités camerounaises assurent régulièrement faire des victimes chez les islamistes, mais la situation sécuritaire dans les zones frontalières de l’extrême nord reste très tendue.