Politique

Guinée équatoriale: le mercenaire britannique Simon Mann parti tôt en jet privé

| Par AFP
Guinée équatoriale: le mercenaire britannique Simon Mann parti tôt en jet privé

Guinée équatoriale: le mercenaire britannique Simon Mann parti tôt en jet privé © AFP

Le mercenaire britannique Simon Mann, gracié mardi de sa condamnation de 34 ans de prison pour un coup d’Etat raté en 2004, a quitté Malabo à bord d’un jet privé mercredi matin vers 07h00 locales (6H00 GMT), a appris l’AFP auprès d’une source à l’aéroport.

« Il (Simon Mann) est parti avec des membres de sa famille vers 07h00 (06h00 GMT) », a affirmé à l’AFP un agent travaillant à l’aéroport.

« L’avion doit normalement aller en Grande-Bretagne », a poursuivi cette source, qui n’a toutefois pas eu accès au plan de vol.

D’autres sources affirmaient mardi que le mercenaire britannique pourrait choisir une destination autre que son pays. Une fois libéré, M. Mann avait passé la journée de mardi dans un hôtel de luxe près de l’aéroport de Malabo où des membres de sa famille étaient arrivés un peu plus tôt dans le même avion privé avec lequel ils ont quitté le pays.

Simon Mann, ainsi que les Sud-Africains Niek Du Toit, Sergio Cardoso, Jose Sundays et George Alerson ont tous été graciés et libérés mardi.

Confiés à l’ambassade d’Afrique du sud à Malabo, les Sud-Africains sont toujours en Guinée alors que le président Jacob Zuma, qui devrait effectuer une visite prévue de longue date dans le pays est arrivé à Bata, sur le continent, en fin de soirée mardi.

M. Zuma devait se rendre à Malabo dans la journée de mercredi.

Simon Mann, ex-officier des troupes spéciales britanniques SAS, avait été arrêté avec 61 autres mercenaires présumés en mars 2004 à l’aéroport de Harare où il prenait livraison d’armes avant de rejoindre à Malabo une équipe dirigée par Nick Du Toit. Mann avait été extradé début 2008 du Zimbabwe vers Malabo.

Les deux procès de Mann en juin 2008 et de Du Toit et ses acolytes en 2004 avaient été fortement médiatisés et mis en scène par les autorités.

Les deux hommes avaient plaidé coupable. « Je m’excuse de ce qui s’est passé et je suis content que cela (le coup) ne se soit pas produit », avait notamment déclaré Simon Mann.

Il avait aussi mis en cause Mark Thatcher, fils de l’ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher, comme « partie intégrante du groupe ».

Teodoro Obiang Nguema dirige la Guinée équatoriale d’une main de fer depuis un coup d’Etat en 1979.

L’ancienne colonie espagnole est devenue le troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne mais l’essentiel de son million d’habitants continue à vivre dans la plus extrême pauvreté.

De source diplomatique, on soulignait que la grâce présidentielle était un « signe pour la communauté internationale » avant le scrutin présidentiel du 29 novembre.

« Avec le pétrole et une certaine richesse, de nombreux observateurs étrangers sont arrivés (. . . ) Faire preuve d’humanité et de clémence dans ce cas-là peut changer l’image » de la Guinée, a-t-on estimé de même souce.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer