Guinée : Nouvelle gouvernance

Réélu le 18 octobre 2020 pour un mandat inaugurant la naissance de la quatrième république, le président Alpha Condé instaure de nouvelles méthodes de travail et de gestion destinées à rendre encore plus efficace qu’avant, le fonctionnement de l’Etat guinéen

Alpha Condé
© Monsieur Alpha Condé, Président de la République de Guinée. Lors d’une interview accordée à Jeune Afrique dans la salle des audiences du palais présidentiel. © Vincent Fournier/JA

En ce début du mois de février de l’année 2021, le président Alpha Condé a annoncé dans une intervention publique, le lancement d’un pacte de gestion basé sur la notion de « gouverner autrement » dont la feuille de route a été déclinée à l’intention de la population guinéenne. Cette nouvelle gouvernance s’est déjà traduite par quelques actes symboliques comme les visites inopinées du président guinéen dans certains services de l’Etat, ministères, régies financières et établissements publics, pour apprécier la ponctualité de certains responsables de départements. Une visite surprise qui a pris de court certains agents de l’Etat absents (et soumis à des sanctions administratives), tandis que les chefs de départements ministériels à commencer par les ministres, sont invités à prendre toutes leurs responsabilités pour s’assurer de la bonne exécution et du suivi des tâches administratives.  Les mesures concernent : la présence effective des agents du service public dans les lieux de travail et dans le respect des heures légales, l’interdiction des visites privées aux heures de travail pour limiter l’affluence excessive de personnalités extérieures et l’interdiction de postes de télévisions dans les bureaux. Dans ce contexte, une circulaire ministérielle indique que les chefs de départements doivent veiller à ce que toutes les applications de divertissement de tous les ordinateurs de l’Etat, soient désinstallées et interdites, telles que : le jeu de carte solitaire, le jeu de labyrinthe zuma deluxe. Le ministre de la fonction publique instruit chaque agent au respect des heures de travail de 8 heures à 16 h 30, sous peine de sanctions prévues par le code du travail.

L’autre acte symbolique de cet engagement présidentiel, c’est la décision du ministère de la ville et de l’habitat de mettre fin à toutes les emprises illégales de la voie publique qui s’est manifestée par de nombreuses opérations de déguerpissement sur la voie publique, dans différents quartiers de la capitale où des constructions et extensions anarchiques rendaient parfois inutilisables les voies piétonnières. Pour le président guinéen, il s’agit avant tout d’offrir une valeur ajoutée à la politique publique entreprise depuis cette première décennie d’exercice, pour l’amélioration de la bonne gouvernance dans tous les secteurs d’activités du gouvernement. Ces activités concernent des réformes propices à la redynamisation de la politique économique figurant dans la Lettre de mission du Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana reconduit à sa fonction. Cette nouvelle mission débute par la restructuration de l’administration qui demeure  nécessaire à la promotion  d’une saine gestion. La principale préoccupation des autorités concerne la lutte contre la corruption, les malversations financières et les détournements de deniers publics. C’est ainsi que la notion de « gouverner autrement » préconise la réforme de la commande publique et des mécanismes de passations des marchés et contrats publics, de l’Etat.

Désormais, toutes les sociétés de prestation, de fourniture de biens et services seront passées en revue. Celles qui sont affiliées à des ministres, des hauts cadres de l’Etat, de l’administration publique ou sont proches des familles de décideurs publics, seront identifiées et disqualifiées dans le processus de passation des contrats et des marchés publics pour éviter tout conflits d’intérêt dans l’administration.   Cette décision est envisagée comme une recette utile pour la maîtrise des dépenses de l’Etat dans la perspective de l’accroissement des recettes publiques, avec la systématisation des contrôles et audits des agences et la digitalisation des opérations de l’Etat. Il s’agira aussi d’opérationnaliser le contrôle et les audits concernant les ressources affectées aux collectivités et communautés à la base. Dans le mandat de gestion actuel, de nombreuses mesures sont prises pour améliorer la vie économique du pays : transformation du réseau routier (routes urbaines et rurales), construction de nouveaux chemins de fer, engagement pour une meilleure qualité de vie dans la zone spéciale de Conakry. Dans la capitale guinéenne, des projets porteront sur la création d’une cité administrative moderne à Koloma, dans la banlieue de Conakry et l’organisation d’une campagne massive de salubrité lancée dans la ville.  Le nouveau visage de Conakry sera ainsi marqué par la réalisation de grands travaux destinés à assurer la fluidité de la circulation routière ainsi que l’aménagement du port, la modernisation de l’aéroport, la construction de bureaux et d’hôtels. Autant d’infrastructures qui serviront à accueillir les participants de la Coupe d’Afrique des Nations, organisée en Guinée en 2025.

Conakry 2


La modernité urbaine

Cet ambitieux programme de la nouvelle politique publique, s’étendra également à la construction de logements sociaux, notamment en faveur des jeunes. Le gouvernement guinéen  s’est déjà investi massivement dans le secteur de l’éducation, particulièrement dans l’enseignement supérieur et  la recherche scientifique à travers le projet de création de 4 centres universitaires dans  les quatre régions naturelles du territoire, l’agrandissement de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry et d’un complexe éducatif à Labé, et une sélection sévère dans le choix du personnel pédagogique préparé à la gestion de l’outil informatique sans oublier l’accès aux technologies du numérique.

Dans le domaine de la télécommunication, le pays a connu un développement accéléré avec l’installation d’un câble sous-marin de fibres optiques de 17 000km reliant l’Europe à l’Afrique,  permettant à la Guinée d’accéder au haut débit. Avec la mise en concurrence de trois opérateurs, la Guinée dispose d’un système de téléphonie performant dont la prochaine étape est l’installation de la 4G. Désormais tous les chefs-lieux de préfecture et sous-préfecture sont couverts par la téléphonie mobile : chaque guinéen possède aujourd’hui un téléphone ou deux. L’informatisation du système éducatif, voulu par le président est en phase de développement. 


Des Initiatives présidentielles pour les jeunes, les femmes et la sécurité alimentaire

Les initiatives et programmes en faveur des jeunes et des femmes dans le but de préserver l’environnement font l’objet d’une nouvelle approche: création de 100.000 emplois pour les jeunes et mise en place de fonds d’investissements assortie de programmes de formation qui leur sont dédiés, création de fonds et de programmes de formation et de bourses scolaires pour les femmes, lancement de programmes de reboisement, planification, au niveau national, du ramassage des déchets recyclables et construction d’unités de production d’énergie propre.

Le pacte avec le monde paysan de son côté, évolue sur le thème de : « Consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons ». Le relèvement de la condition de vie paysanne passera désormais par la fourniture de nouveaux intrants, l’instauration de filières à haute valeur ajoutée, la mise en valeur de la culture maraichère, le développement de la riziculture jusqu’alors embryonnaire et surtout la mécanisation de l’agriculture et la transformation des produits agro-alimentaires en Guinée pour valoriser les productions agricoles.

Contenu sponsorisé