Politique

Annexion de la Cisjordanie : vers une troisième Intifada ?

Réservé aux abonnés | | Par - à Jérusalem
Scène de heurts entre Palestiniens et l'armée israélienne, le 7 février 2020 à Jénine.

Scène de heurts entre Palestiniens et l'armée israélienne, le 7 février 2020 à Jénine. © © JAAFAR ASHTIYEH/AFP

Encouragé par le plan Trump, Israël se prépare à coloniser 30% de la Cisjordanie, le 1er juillet. Les Palestiniens, furieux, menacent d’une troisième Intifada. La dynamique de l’escalade est enclenchée.

De fabrication artisanale, les charges explosives étaient prêtes à l’emploi. Une trentaine, disposées le long d’une route qu’emprunte l’armée israélienne quand elle mène des opérations à Jénine, au nord de la Cisjordanie. Alertés du guet-apens, les hommes de la sécurité préventive palestinienne ont également mis la main sur un fusil-mitrailleur.

Si Akram Rajoub, le gouverneur de la ville, dément qu’une attaque était en préparation, la presse israélienne y voit le signe que Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, n’a pas totalement rompu la coopération sécuritaire avec l’État hébreu, contrairement à ce qu’il avait annoncé, le 19 mai.

Mahmoud Abbas semble résolu à rompre la coopération sécuritaire avec l’État hébreu

Pourtant, une fois n’est pas coutume, le raïs de 84 ans semble résolu à joindre les actes à la parole. Son premier geste fort : l’abandon par ses policiers des bureaux de liaison servant à coordonner avec l’administration civile israélienne le passage de hautes personnalités, de marchandises ou encore à faciliter l’octroi de permis aux travailleurs palestiniens employés de l’autre côté de la « ligne verte ».

Mesures de rétorsion

D’autres mesures de rétorsion ont suivi, comme l’arrêt des contacts avec la CIA et le transfert vers un lieu tenu secret de tous les dossiers du moukhabarat [renseignement, ndlr] susceptibles d’intéresser les services de contre-espionnage israéliens.

Habitué aux coups de sang d’Abbas, le Shabak, service de sécurité intérieure israélien, n’imagine pas que le leader palestinien puisse se passer d’un mécanisme qui l’aide à se maintenir au pouvoir depuis quinze ans.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte