Dossier

Cet article est issu du dossier «Russie-Afrique : les secrets d'une reconquête»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Russie-Afrique : qui prépare le prochain sommet ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, à gauche, et le président russe Vladimir Poutine, le 14 novembre 2019.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, à gauche, et le président russe Vladimir Poutine, le 14 novembre 2019. © Eraldo Peres/AP/SIPA

Le 18 mai, le diplomate Oleg Ozerov a été nommé à la tête du Forum du partenariat Russie-Afrique. Sa mission : préparer le sommet de 2022.

Fort du succès du sommet Russie-Afrique de Sotchi (23-24 octobre 2019), le Kremlin avait créé, dans la foulée, un Forum du partenariat Russie-Afrique, chargé d’accompagner l’essor des relations politiques et commerciales entre Moscou et le continent.

Le 18 mai, le diplomate Oleg Ozerov a été nommé à la tête de ce Forum. Sa mission : préparer le sommet de 2022, qui devrait en principe se tenir dans une capitale africaine.

Dans l’intervalle, il organisera les consultations politiques annuelles, qui réuniront Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, et ses pairs d’Afrique du Sud – pays qui assure la présidence de l’UA –, d’Égypte – qui a précédé Pretoria à ce poste –, et de RDC – qui lui succédera.

Au chevet des sociétés russes en Afrique

Enfin, le diplomate coordonnera les opérations visant à promouvoir la coopération entre la Russie et les institutions panafricaines, et devra soutenir les projets des entreprises russes, publiques ou privées, en Afrique.

Oleg Ozerov, 61 ans, était depuis août 2017 numéro deux du département Afrique au ministère russe des Affaires étrangères (MID). Anglophone, francophone et arabophone, il a commencé sa carrière de diplomate en Syrie, en Tunisie et en France, avant de rejoindre le département Afrique du Nord-Moyen-Orient du MID en 2001.

De 2010 à 2017, il a été ambassadeur en Arabie saoudite, fonction qu’il a cumulée à partir de 2011 avec celle de représentant permanent de la Russie auprès de l’Organisation de la coopération islamique.

Passionné de photographie, il est aussi l’auteur d’un recueil de poésie et d’une biographie de Karim Khakimov, ce diplomate d’origine tatare considéré comme le « Lawrence d’Arabie russe ».

Lire les autres articles du dossier

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte