Dossier

Cet article est issu du dossier «Finance - Les sentinelles du Trésor des Africains»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Banquiers centraux : Abdellatif Jouahri, protecteur du dirham

Réservé aux abonnés | | Par - à Casablanca
Abdellatif Jouahri

Abdellatif Jouahri © Youssef Boudlal/Reuters

Le gouverneur de Bank al-Maghrib a connu les difficiles années 1980 au Maroc. Une expérience et une longévité qui sont des atouts face à la crise du Covid-19.

Avant le début de la crise, les spéculations allaient bon train sur un probable remaniement à la tête de Bank al-Maghrib (BAM) et un remplacement de Abdellatif Jouahri, son inébranlable gouverneur depuis 2003. Il avait lui-même, en décembre dernier, laissé planer le doute sur son avenir. « La liste des membres sera soumise au roi avant le prochain conseil de mars 2020. […] Je ne peux dire si je suis pour ou contre un nouveau mandat de gouverneur. Cela ne dépend pas de moi », avait-il expliqué.

Finalement, le 14 mars (douze jours après l’apparition du premier cas de Covid-19 au Maroc), il est confirmé à son poste, à presque 81 ans. D’ailleurs, les nouveaux statuts de la banque centrale en vigueur depuis juillet 2019 lui accordent une indépendance financière et administrative. Le gouverneur reste seul maître de sa politique, le gouvernement ne peut rien lui imposer. S’ils sont nombreux à sembler ravis de cette nouvelle révision, d’autres espéraient davantage, singulièrement avec la crise actuelle.

Choix assumés et franc-parler

« Les missions dévolues à la banque centrale sont très réduites et se limitent au maintien de la stabilité des prix », regrette Tarik El Malki, enseignant-chercheur en économie, directeur de l’ISCAE Rabat et analyste au Centre marocain de conjoncture (CMC), qui explique que ni le financement du développement économique du pays, ni le plein-emploi, ni la croissance économique ne sont des prérogatives accordées à la banque centrale. Ce dernier voudrait que la monnaie soit un levier, avec d’autres outils, au service du développement économique des pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte