Dossier

Cet article est issu du dossier «Finance - Les sentinelles du Trésor des Africains»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Banquiers centraux : Abbas Tolli peut-il sauver la Cemac ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 09 juin 2020 à 11h29
Le Tchadien Abbas Mahamat Tolli occupe le poste de gouverneur de la Beac depuis trois ans.

Le Tchadien Abbas Mahamat Tolli occupe le poste de gouverneur de la Beac depuis trois ans. © Fernand Kuissu

Même s’il a tardé à réagir, le gouverneur de la BEAC multiplie les initiatives face aux conséquences économiques du Covid-19.

La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) se serait bien passée d’une nouvelle polémique sur le risque de dévaluation du franc CFA. À la différence que la « bourde » est cette fois venue de l’intérieur, mettant les médias de la région en ébullition. S’inquiétant d’une « propagation rapide et de grande ampleur de la crise du Covid-19 », le dernier rapport sur la politique monétaire mentionne clairement – un passage ayant échappé à la vigilance des relecteurs de la banque centrale – que « la Beac serait de nouveau soumise aux mêmes risques sur la parité de sa monnaie qu’en fin 2016 », en l’absence d’une cure d’austérité des États membres et de nouveaux financements extérieurs.

Abbas Mahamat Tolli a tenté d’éteindre l’incendie, le 12 mai, en insistant sur la consistance des réserves de change qui représentent cinq mois d’importation. Mais le communiqué a surtout mis sa conception du métier en évidence. « Un banquier central dans un régime de change fixe doit, selon lui, avant tout veiller à la stabilité extérieure de la monnaie. Ainsi, le niveau des réserves et le taux de couverture extérieure de la monnaie sont les indicateurs qu’il surveille quasi quotidiennement, au point d’en faire une obsession », glisse-t-on dans son entourage.

Retard à l’allumage

Même s’il est lui reproché un certain retard à l’allumage dans la réponse à la catastrophe de Covid-19, donnant l’impression que la réaction était d’abord budgétaire, le Tchadien s’est repris avec volontarisme. La baisse du taux directeur est intervenue le 27 mars, ainsi que la décision d’injecter de la liquidité en doublant son volume pour atteindre 500 milliards de F CFA (762 millions d’euros) – avec possibilité d’aller jusqu’à 1000 milliards de F CFA. La Beac est, du reste, disposée à prendre des « mesures complémentaires » si la nécessité s’impose.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte