Société

Mort de George Floyd : Virgil Abloh s’attire les foudres de la communauté africaine-américaine

Virgil Abloh à la Paris Fashion Week, le 17 Jan 2019.

Virgil Abloh à la Paris Fashion Week, le 17 Jan 2019. © Swan Gallet/WWD/REX/Shutterstock/SIPA

Le directeur artistique de Louis Vuitton et fondateur de la griffe Off-White enchaîne les critiques à propos des saccages survenus aux États-Unis après la mort de George Floyd entre les mains de la police. 

Virgil Abloh serait-il victime du syndrome Kanye West – dont il est l’ex-bras droit ? En moins de vingt-quatre heures, le directeur artistique pour homme de la griffe de luxe Louis Vuitton et créateur de la marque Off-White s’est attiré les foudres de la communauté africaine-américaine, sur les réseaux sociaux, en multipliant les publications hasardeuses.

Alors que, depuis plus d’une semaine, manifestations et émeutes essaiment dans tous les États-Unis en raison de la mort de George Floyd, énième Africain-Américain tué par un officier de police blanc – le 25 mai, à Minneapolis –, le créateur de mode de 39 ans, natif de l’Illinois et d’origine ghanéenne, a réagi en se fendant de déclarations jugées malvenues.

« Le streetwear est mort »

Nous sommes le 31 mai. Abloh poste dans une story Instagram, réseau social où il est suivi par plus de 5 millions de personnes, une vidéo montrant une boutique dénommée Round Two Vintage spécialisée dans la culture hip-hop, à Los Angeles, saccagée et pillée. Son commentaire : « Voici pourquoi je dis que le streetwear est mort » – il plaide, depuis peu, en faveur d’une reconnaissance du streetwear comme une culture à part entière.

Suit une autre story : des œuvres détériorées entourées de verre cassé au sein du concept-store et hub de création streetwear Fat Tiger, à Chicago. Réaction du diplômé en architecture : « Nos propres communautés, nos propres boutiques… »

Toujours à Chicago, il déplore la mise à sac de la boutique de luxe et galerie d’art RSVP : « Si tout ça soulage votre douleur, on vous la laisse. »

« Du sang, de la sueur et des larmes »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte