Hôtellerie

En Afrique, Accor mise d’abord sur une reprise au Maroc et en Égypte

| Par
Mis à jour le 11 septembre 2020 à 12h34
Vue de l'ibis Style d'Accra, au Ghana, inauguré fin 2015 (Image d'illustration).

Vue de l'ibis Style d'Accra, au Ghana, inauguré fin 2015 (Image d'illustration). © AccorHotels

S’il a dû tailler dans ses effectifs sur le continent à cause des conséquences la crise sanitaire, Accor espère un redémarrage en priorité en Méditerranée.

Particulièrement touché par la pandémie, le secteur touristique – hôtellerie en tête – voit arriver la saison estivale avec avidité. À l’image du géant français du secteur qui perçoit des signes de reprise d’activité pour « le segment loisirs plus que pour le segment business », a confié Mark Willis, le directeur général Afrique Moyen-Orient du groupe Accor, qui a été contraint de supprimer quelque 800 emplois dans la zone Afrique et Moyen-Orient. Plus de deux tiers des hôtels du groupe sont fermés à travers le monde.

Le groupe, qui ne souhaite pas préciser quels sont les pays d’Afrique dans lesquels les suppressions de postes ont été les plus importantes, assure toutefois faire tout son possible pour maintenir les équipes en place, du bureau régional basé à Dubaï aux équipes de terrain dans les hôtels. Il vient d’ailleurs de mettre en place le fonds ALL Heartist, doté de 70 millions d’euros, pour soutenir les hôtels du groupe les plus touchés par les conséquences de la crise provoquée par le Covid-19 sur leurs activités.

Intérêt pour le tourisme de villégiature

Toutefois, même si le redémarrage sur le continent africain est en retard par rapport à celui observé aux Émirats arabes unis ou en Arabie saoudite, en raison des mesures de confinement toujours en vigueur, Accor observe « un intérêt pour les destinations de villégiatures », nous confie la porte-parole de la région Afrique Moyen-Orient. « Nos propriétés en Égypte et au Maroc sont demandées, alors que les marchés d’Europe du Nord approchent des mois de vacances d’été traditionnels. Et nous constatons également un vif intérêt pour les destinations de l’océan Indien comme les Seychelles et Maurice ».

Accor est présent dans 20 pays africains, avec 120 établissements toutes marques confondues, dont plus de la moitié au Maroc et en Égypte. Au début de l’année, Accor affichait 50 projets d’hôtels sur le continent, soit un total de 8 500 chambres à travers 14 pays.

Ses opérations y sont pilotées depuis juin 2018 par Alexis Janoray , vice-président, responsable du développement en Afrique, auparavant en charge pendant deux ans et demi de l’Afrique subsaharienne. Il est placé sous la supervision de Mark Willis. En 2019, cette zone représentait environ 10 % du chiffre d’affaires global du groupe, qui était de 4 milliards d’euros.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte