Politique

Burundi : la première dame a-t-elle été évacuée pour se faire soigner du coronavirus ?

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 30 mai 2020 à 10h59
L'épouse du président sortant burundais Pierre Nkurunziza, Denise Bucumi, à Bujumbura, le 28 septembre 2019.

L'épouse du président sortant burundais Pierre Nkurunziza, Denise Bucumi, à Bujumbura, le 28 septembre 2019. © Tchandrou Nitanga / AFP

L’épouse du président sortant Pierre Nkurunziza, Denise Bucumi, a été évacuée vers le Kenya dans la nuit de mercredi à jeudi. Les versions divergent quant aux raisons de son hospitalisation.

La première dame a été transportée à bord d’un avion-ambulance Pilatus de l’ONG Amref, spécialisée dans les évacuations médicales, a indiqué une source aéroportuaire sous couvert de l’anonymat.

Selon SOS Médias Burundi, un des derniers médias indépendants du pays, l’aéroport international Melchior de Bujumbura a été plongé dans le noir et tout le personnel éloigné du tarmac lorsque la première dame et sa délégation sont arrivés sur le tarmac pour embarquer à bord d’appareil.

Versions divergentes

Selon les sources interrogées, les versions divergent quant à la raison de cette évacuation médicale.

Un haut fonctionnaire burundais a assuré que Denise Bucumi avait été évacuée à Nairobi « pour se faire soigner car elle a attrapé le coronavirus ».

Mais un haut cadre de la présidence a démenti cette version, assurant que la première dame s’était rendue à Nairobi pour de l’imagerie médicale en lien avec un ulcère.

« Ce n’est pas une évacuation médicale car elle n’est pas gravement malade (…) elle va revenir au pays très rapidement », a-t-il insisté.

Aucune communication officielle n’a été donnée sur l’état de santé de l’épouse de Pierre Nkurunziza.

Minimisation de la gravité de la pandémie

À Nairobi, une source au sein du ministère de la Santé ayant requis l’anonymat a elle aussi confirmé l’hospitalisation de Denise Bucumi, ajoutant que la première dame était « sous traitement » et présentait « des difficultés respiratoires ». Cette source a précisé qu’un test avait été conduit pour déterminer une possible infection au Covid-19.

Pierre Nkurunziza, un chrétien évangélique « born again », et son épouse pasteur ont à de nombreuses reprises minimisé la gravité de la pandémie de nouveau coronavirus.

« C’est la bénédiction de Dieu qui est sur les Burundais (…) Toutes ces pandémies sont transmises à travers l’air, mais Dieu a purifié l’air du Burundi », a-t-il déclaré jeudi au lancement de trois jours de prières organisées pour remercier Dieu d’avoir épargné le Burundi.

Le Burundi a organisé le 20 mai des élections générales qui ont donné lieu à de grands rassemblements et de longues files d’attentes devant les bureaux de vote, sans réelles mesures de prévention, en dépit de la pandémie. Le dauphin désigné de Pierre Nkurunziza, Evariste Ndayishimiye a été déclaré vainqueur mais ce résultat est contesté par l’opposition.

Le pays compte officiellement 42 cas de Covid-19 mais selon des médecins au Burundi, de nombreux cas et décès de personnes présentant les symptômes du virus ne sont pas comptabilisés, les autorités ne pratiquant pas de tests sur ces cas suspects.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne