BTP & Infrastructures

Abidjan-Lomé : un train si longtemps désiré

De g à d : Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne Cotonou-Niamey, le mardi 9 avril 2014.

De g à d : Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne Cotonou-Niamey, le mardi 9 avril 2014. © Charles Placide/Reuters

Le projet de boucle ferroviaire qui reliera cinq pays, du Togo à la Côte d'Ivoire en passant par le Bénin, le Niger et le Burkina Faso, est sur la bonne voie.

« L’événement est historique. » La formule employée par Mahamadou Issoufou est bien choisie. En posant la première pierre de la future gare de Niamey, le 7 avril, le président nigérien a lancé les travaux de la future boucle ferroviaire ouest-africaine qui, de Lomé, desservira Abidjan en passant par Cotonou, Niamey et Ouagadougou, sur plus de 2 500 km. C’est la première fois qu’une seule et même ligne répondant aux standards internationaux reliera cinq métropoles africaines, dans une véritable logique d’intégration sous-régionale chère à l’UEMOA.

C’est la première fois qu’une seule et même ligne répondant aux standards internationaux reliera cinq métropoles africaines.

En connectant les mines et les plaines agricoles de l’intérieur aux ports du littoral, elle doit faciliter les échanges commerciaux et doper les volumes d’exportations des pays membres de l’Union.

Coup d’accélérateur

Annoncé régulièrement depuis dix ans, le projet, dont le coût total est estimé entre 4,2 et 5 milliards de dollars (entre 3 et 3,6 milliards d’euros), a connu un sérieux coup d’accélérateur le 7 novembre 2013, après la signature à Cotonou d’un mémorandum d’entente entre les chefs d’État du Bénin et du Niger et le groupe Bolloré, partenaire stratégique à hauteur de 40 %, concernant le futur axe Cotonou-Niamey.

C’est le deuxième tronçon de la boucle remporté par Bolloré Africa Logistics (BAL), qui opère avec sa filiale ivoirienne Sitarail les 1 154 km de la partie Abidjan-Ouagadougou jusqu’en 2030.

Lire aussi :

Pourquoi Bolloré accélère en Afrique de l’Ouest
Bolloré remporte le projet de réhabilitation de la ligne Abidjan-Ouagadougou
Le train express Yaoundé-Douala de nouveau sur les rails

La compagnie de Vincent Bolloré était en compétition depuis fin 2013 avec la société minière Pan African Minerals, de l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis, mais un accord semble avoir été scellé à Abidjan fin avril entre les deux hommes, sous la pression des deux États concernés.

Ligne Dakar-Bamako

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Union, la ligne entre Dakar et Bamako se meurt. L’opérateur, Transrail, qui a besoin de 1,6 milliard d’euros pour rénover les 1 267 km de son réseau, attend que les pouvoirs publics maliens et sénégalais confirment leurs programmes respectifs de relance du secteur ferroviaire. En attendant, les accidents se multiplient : entre octobre 2010 et octobre 2011, pas moins de 136 déraillements ont été signalés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte