Dossier

Cet article est issu du dossier «Série : sur la piste des milliards envolés de l'Angola»

Voir tout le sommaire
Finance

Isabel dos Santos et les milliards envolés de l’Angola (1/5)

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 16 juin 2020 à 15h36
Isabel dos Santos à Porto, le 5 mars 2015.

Isabel dos Santos à Porto, le 5 mars 2015. © Paulo Duarte/AP/SIPA

Le pouvoir angolais s’est lancé sur la piste des quelque 100 milliards de dollars disparus durant les années dos Santos. Une recherche qui croise souvent la route de la fille de l’ex-chef d’État, Isabel dos Santos.

Selon les dernières estimations des tribunaux angolais, la fille de l’ex-président José Eduardo dos Santos et son mari, le marchand d’art Sindika Dokolo, auraient causé autour de 5 milliards de dollars de pertes à l’État angolais.

Avec une fortune estimée par Forbes à environ 1,7 milliards de dollars – et probablement bien supérieure -, Isabel dos Santos a un empire commercial qui s’étend sur plusieurs continents, mais est aujourd’hui rattrapée par l’opération mains propres de son pays d’origine.

Et est vilipendée par la rue : le Twitter angolais s’est déchaîné – surtout pour applaudir – lorsque le gouvernement Lourenço a gelé les avoirs et les comptes d’Isabel dos Santos dans le pays en décembre 2019. « Elle était au sommet de la pyramide de ce qui se passait ici. Et elle était visible et extravagante – ils étaient devenus imprudents vers la fin. Il est donc normal que les gens veuillent la voir tomber », commente un haut fonctionnaire à Luanda.

Mise au ban

Ses posts constants sur les réseaux sociaux, où elle affronte Lourenço, des Angolais de haut rang et des Portugais en colère – malgré les appels à la discrétion émanant de conseillers en relations publiques, de ses amis et même de son mari – contribuent à la vindicte populaire.

L’administration angolaise se bat contre la « Princesse » dans le monde entier, demandant notamment des sanctions américaines pour l’empêcher de poser le pied aux États-Unis et pour que ses entreprises ne puissent pas utiliser des dollars américains. En juin 2019, l’Angola a même signé un contrat de 4,1 millions de dollars avec le lobbyiste Squire Patton Boggs de Washington DC pour faire avancer son dossier contre le clan dos Santos.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte