Justice

Karim Tabbou, bête noire du régime algérien

Karim Tabbou à Béjaïa le 24 mai 2019.

Karim Tabbou à Béjaïa le 24 mai 2019. © Samir Maouche/AFP

L’opposant Karim Tabbou, figure du Hirak, était une nouvelle fois convoqué devant la justice algérienne lundi 1er juin. Son procès a finalement été reporté au 29 juin. Un dossier éminemment politique.

Depuis neuf mois, son quotidien est rythmé par les rendez-vous judiciaires. Placé en détention une première fois le 11 septembre 2019, remis en liberté le 25 septembre, de nouveau incarcéré dès le lendemain, condamné une première fois le 11 mars 2020, puis de nouveau deux semaines plus tard pour « atteinte à l’unité nationale », Karim Tabbou devait retourner devant la justice lundi 1er juin, poursuivi cette fois pour « atteinte au moral de l’armée. » Son procès a finalement été reporté au 29 juin en raison de la pandémie de Covid-19.  Il avait déjà été renvoyé à deux reprises.

À quelques jours de cette convocation, les conditions de détention de ce vétéran de l’opposition ont fait l’objet d’une passe d’armes remarquée entre le collectif d’avocats qui assure sa défense, et la cour de Tipaza, dont dépend la prison de Koléa où il est incarcéré. Les premiers accusent les autorités d’avoir privé Karim Tabbou de son droit à communiquer au téléphone avec sa famille, dénonçant une « politique d’isolement et une forme de traitement psychologique sévère, discriminatoire et sélectif ».

La cour de Tipaza a aussitôt répondu « avoir donné son accord pour autoriser le concerné à appeler sa famille. » « Une fois informé et après avoir été invité à utiliser le téléphone, [Karim Tabbou] a refusé d’effectuer l’appel avant de consulter ses avocats », assure aussi le tribunal, dans une rare prise de parole publique. Car le dossier de Karim Tabbou est sensible, aux yeux du pouvoir algérien. Le porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS, parti non agréé) est une figure populaire du hirak, ce mouvement qui a obtenu en avril 2019 la chute d’Abdelaziz Bouteflika.

Considérations politiques

« Tout a été entrepris, dans la précipitation, pour le maintenir en prison », accuse maître Seddik Mouhous, interrogé par Jeune Afrique à la veille d’une nouvelle audience. Et le même de poursuivre : « Après l’exécution du verdict, nous avons introduit une requête d’opposition auprès de la Cour suprême. Nous avons alors appris que son traitement pouvait prendre jusqu’à deux ans. »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte