Politique

Bénin : l’opposition aura-t-elle un candidat en 2021 ?

Le président béninois Patrice Talon lors des municipales, le 17 mai 2020.

Le président béninois Patrice Talon lors des municipales, le 17 mai 2020. © Charles Placide

En confirmant la suprématie des deux partis pro-Talon, les élections communales du 17 mai ont presque fait office de premier tour de la présidentielle, prévue en 2021. Et l’opposition, qui n’a pas percé au niveau local, pourrait avoir des difficultés à présenter un candidat.

Les élections communales du 17 mai ont-elles définitivement scellé la présidentielle prévue dans un peu moins d’un an ? Certes, un proche de Patrice Talon assure que « 2021 est encore loin » et que « dans le domaine politique, le terrain peut s’avérer très dynamique ». Il n’empêche. Sur le papier, le sort d’un éventuel candidat de l’opposition à la prochaine présidentielle semble d’ores et déjà scellé par les mathématiques électorales.

Selon la règle désormais imposée, celles et ceux qui voudront se présenter à la magistrature suprême devront justifier du parrainage d’au moins 10 % des 83 députés et des 77 maires. Soit un minimum de 16 élus.

Les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), le seul parti d’opposition à avoir présenté des candidats dans les 77 communes, ont beau avoir remporté 14,98 % des voix, elles n’ont obtenu la majorité des sièges que dans sept mairies. Or, n’étant pas représentées à l’Assemblée nationale, faute d’avoir pu présenter des candidats lors des législatives controversées d’avril 2019, elles devaient l’emporter dans au moins 16 mairies pour avoir l’assurance de pouvoir présenter un candidat.

Main tendue

Dans les prochains jours, les conseils municipaux, issus du scrutin du 17 mai, éliront les maires. L’opposition peut-elle espérer un miracle ? « C’est vrai, cela va être difficile, mais ça n’est pas impossible, veut encore croire Théophile Yarou, secrétaire exécutif national adjoint des FCBE qui assure que, dans certaines communes en ballotage, des surprises peuvent surgir. Nous espérons pouvoir négocier, sur place, avec les élus locaux des partis de la mouvance présidentielle. »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte