Musique

Laëtitia Kandolo, nouvelle directrice artistique d’Universal Music Africa

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 01 juin 2020 à 16h58
Laëtitia Kandolo est aussi connue, depuis 2014, pour avoir lancé la marque de prêt-à-porter mixte Uchawi, basée à Kinshasa.

Laëtitia Kandolo est aussi connue, depuis 2014, pour avoir lancé la marque de prêt-à-porter mixte Uchawi, basée à Kinshasa. © Pure vision/Yosuphotography

La jeune styliste franco-congolaise, créatrice de la marque de prêt-à-porter Uchawi, a pris en février ses fonctions au sein du label.

Universal Music Africa a entamé de nombreuses restructurations au sein de son équipe depuis le début de l’année 2020. En janvier, le Franco-Ivoirien Franck Alcide Kacou, plus connu sous l’alias Black Kent (son nom de rappeur), jusque-là directeur de l’activité label et publishing, est promu directeur général. Puis, en février, c’est au tour de la créatrice et styliste franco-congolaise, Laëtitia Kandolo, 28 ans, de faire son arrivée en tant que directrice artistique.

Celle qui a collaboré avec de nombreuses pointures du monde de la musique comme Beyoncé, Rihanna, Lady Gaga, Madonna ou Kanye West, est aussi connue, depuis 2014, pour avoir lancé la marque de prêt-à-porter mixte Uchawi (« magie » en swahili), basée à Kinshasa et dont la signature est le masua, technique de couture congolaise.

Diplômée d’Esmod, prestigieuse école de mode parisienne, elle ajoute une nouvelle corde à son arc avec la gestion de l’image d’une bonne trentaine d’artistes au sein d’un même label. Parmi eux, Sidiki Diabaté, Tenor, Locko, Kiff No Beat, Les Patrons, Zouglou Makers…

Raconter une histoire

« Mon travail de gestion de l’image comprend le stylisme mais aussi – et surtout – tout ce qui permet la définition d’une identité graphique pour chaque artiste. Et ce, tant au niveau des campagnes promotionnelles sur les réseaux sociaux que sur la direction à prendre pour tel ou tel clip. Aussi, je travaille en étroite collaboration avec l’équipe qui entoure l’artiste pour les shootings, les tournages de clips vidéos ou les pochettes d’albums », indique la jeune femme qui vit entre Paris, Abidjan et Kinshasa. À titre d’exemple, pour la cover du dernier single de la chanteuse camerounaise Charlotte Dipanda, Laëtitia Kandolo a fait appel au styliste ivoirien Elie Kuame, et a choisi, pour les accessoires, les bijoux de la marque Rokus London. 

« Je suis aussi amenée à me pencher sur des projets plus vastes comme la compilation d’artistes émergents ivoiriens que va prochainement publier le label. Je me suis entourée d’illustrateurs pour la création des pochettes. L’idée est de proposer une véritable démarche créative, de raconter une histoire, de faire en sorte que l’artiste parle tant musicalement que visuellement. Je dois systématiquement me demander où l’on veut emmener l’artiste et penser à de nouvelles cibles susceptibles d’être touchées. » 

J’ai envie de pousser l’image de ma marque encore plus loin, de faire en sorte que mes créations soient toujours plus pointues

Encore attachée à sa casquette de créatrice de mode, Laëtitia Kandolo explique exercer, pour le moment, ses nouvelles fonctions en freelance. « J’avais prévu de dévoiler une nouvelle collection ce printemps, mais la crise du coronavirus m’a poussée à changer mes plans. »

2020 est aussi l’année du changement pour Uchawi – marque qui a notamment eu pour ambassadeurs des artistes comme Fally Ipupa, Kaysha ou même le footballeur suisse d’origine ivoirienne Johan Djourou. « J’ai envie de pousser l’image de ma marque encore plus loin, de faire en sorte que mes créations soient toujours plus pointues. » Elle affirme que la finalité de ses activités pour Universal rejoint celle de ses créations pour Uchawi : faire vivre l’Afrique. 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte