Économie

Nouvelle charge d’Isabel dos Santos contre la justice angolaise

Isabel dos Santos aux côtés de son époux Sindika Dokolo, au Portugal en mars 2015 (photo d'illustration).

Isabel dos Santos aux côtés de son époux Sindika Dokolo, au Portugal en mars 2015 (photo d'illustration). © Paulo Duarte/AP/Sipa

La femme d’affaires présente de nouveaux éléments accusant les autorités de Luanda d’avoir utilisé des documents falsifiés pour geler ses actifs.

C’est la deuxième salve lancée contre la justice angolaise. Deux semaines, jour pour jour, après une première charge. Dans un communiqué publié ce mardi 26 mai, Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président José Eduardo dos Santos, lance un nouveau coup de boutoir contre le gel préventif de ses avoirs décrété fin décembre 2019 par l’Angola.

La femme d’affaires, affaiblie depuis la révélation mi-janvier des zones d’ombre de son empire financier dans le cadre des « Luanda Leaks », accuse une nouvelle fois le procureur angolais de s’être appuyé sur des documents « falsifiés » pour geler ses actifs, bien qu’une décision similaire ait été également prise en février par la justice portugaise.

Une lettre des services de renseignements

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte