Justice

Arrestation du journaliste marocain Souleimane Raissouni : une nouvelle affaire Bouachrine ?

Abdelmoula El Marouri, avocat de Souleimane Raissouni, le 30 septembre 2019, à Rabat.

Abdelmoula El Marouri, avocat de Souleimane Raissouni, le 30 septembre 2019, à Rabat. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Accusé d’agression sexuelle, le rédacteur en chef du quotidien Akhbar al-Yaoum a été interpellé et placé en garde à vue le 22 mai.

Après Taoufik Bouachrine, fondateur et propriétaire du quotidien arabophone Akhbar al-Yaoum, condamné en 2019 à 15 ans de prison en appel pour violences sexuelles, c’est au tour du rédacteur en chef de ce même journal, Souleimane Raissouni, d’avoir maille à partir avec la justice marocaine pour des motifs similaires.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte