Justice

Mali : Clément Dembélé libéré mais bientôt jugé

| Par Jeune Afrique avec AFP
Le Malien Clément Dembélé.

Le Malien Clément Dembélé. © DR

Le militant anti-corruption a été libéré vendredi mais doit comparaître le 1er juillet pour incitation à la violence, selon plusieurs sources judiciaires.

Clément Dembélé, président de la Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali (PCC), avait été arrêté le 9 mai pour avoir appelé les forces de sécurité à se révolter dans une vidéo, avait indiqué à l’AFP un responsable au sein des services de renseignements.

Son arrestation n’avait jamais été confirmée publiquement par les autorités, et le silence sur son sort et l’endroit où il se trouvait avait donné lieu à d’abondantes spéculations.

« Incitation à la violence »

Il a été « présenté au procureur de la République ce vendredi. Il a été inculpé pour incitation à la violence, mais laissé libre. Il comparaîtra le 1er juillet prochain », a dit une source judicaire malienne. Une autre source judicaire a confirmé l’information et ajouté que « ses problèmes avec la justice n’ont rien à voir avec ses activités de lutte contre la corruption ».

Une centaine de personnes avaient manifesté en sa faveur mardi à Bamako mardi. « Les gens ont dans un premier temps pensé qu’il avait été enlevé et donc porté disparu à jamais. Et qu’il ne fallait pas laisser passer ça », a expliqué Oumar Kanté, sociologue à l’université de Bamako. « Ensuite le citoyen lambda a pensé qu’il était arrêté dans le cadre de sa croisade contre la corruption. Il fallait donc se mobiliser pour soutenir sa cause et exiger sa libération », a-t-il ajouté.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte