Politique

Élections au Burundi : Agathon Rwasa rejette les premiers « résultats fantaisistes »

Agathon Rwasa, principal candidat de l'opposition burundaise à la présidentielle, lors du scrutin du 20 mai 2020.

Agathon Rwasa, principal candidat de l'opposition burundaise à la présidentielle, lors du scrutin du 20 mai 2020. © Dorcas Nininahazwe/AP/SIPA

Le leader du principal parti d’opposition du Burundi a qualifié de « fantaisistes » les résultats partiels portant sur 12 % des 119 communes, accordant au candidat du pouvoir, Évariste Ndayishimiye, une victoire écrasante.

Les résultats partiels de ces élections générales qui se sont tenues mercredi, dont une présidentielle disputée sans le sortant Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, ont été annoncés jeudi au journal de 20h00 (18h00 GMT).

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Pierre-Claver Kazihise, avait appelé jeudi matin les Burundais à la patience avant la publication des résultats partiels, attendus au plus tôt à partir de vendredi.

« Les résultats qu’on est en train de proclamer sont fantaisistes, ils ne collent pas avec la réalité », a déclaré jeudi soir Agathon Rwasa. Je le dis parce que hier (mercredi soir,) lorsqu’on a commencé à faire le comptage des voix, on était en tête. Les résultats que nous avons démontrent que nous le sommes toujours », a-t-il poursuivi, assurant avoir « gagné ». « Les chiffres qu’on est en train de balancer sur les ondes sont le résultat d’une pure manipulation ».

Ces résultats partiels donnent par exemple au candidat du parti au pouvoir CNDD-FDD, le général Évariste Ndayishimiye, 73,9 %, contre 24,6 % à Agathon Rwasa dans la commune de Kabezi, dans le Bujumbura rural, pourtant considéré comme un fief historique du chef de l’opposition. Des résultats qui étaient « joués d’avance », selon le chercheur Thierry Vircoulon.

Fraude électorale ?

Lors de l’élection présidentielle, sept candidats étaient en lice, mais le duel majeur opposait le dauphin désigné du président Pierre Nkurunziza, le général Évariste Ndayishimiye, à Agathon Rwasa .

Le parti d’Agathon Rwasa a dénoncé des arrestations dans ses rangs, des pressions à l’encontre de ses assesseurs ainsi que des fraudes, en particulier dans les provinces de Rumonge (sud-ouest) et Bujumbura-Rural (ouest).

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte