Banque

A Kigali, la BAD pose les bases de « l’Afrique que nous voulons »

| Par
Donald Kaberuka est le président de la Banque africaine de développement.

Donald Kaberuka est le président de la Banque africaine de développement. © Hassan Ouazzani/JA

Durant sa 49e assemblée annuelle, organisée à Kigali du 19 au 23 mai sous le thème « Les 50 années à venir, l’Afrique que nous voulons », la BAD va procéder au lancement de plusieurs initiatives très attendues. Parmi elles : le 1er fonds d’investissement multilatéral de la Chine en Afrique et le démarrage officiel du Fonds « Africa 50 » dédié aux infrastructures.

« Cinquante ans après les indépendances, il est temps de changer d’orientation pour que l’Afrique s’approprie et mobilise ses énergies et ses ressources », le mot d’ordre lancé par Donald Kaberuka, Président de la Banque africaine de développement, en amont de la 49e assemblée annuelle de l’institution panafricaine, ne pouvait pas être plus clair. La BAD, qui fête cette année son cinquantenaire, se montre résolument tournée vers l’avenir.

Ces rencontres organisées à Kigali, au Rwanda, du 19 au 23 mai, sous le thème « Les 50 années à venir, l’Afrique que nous voulons », sont l’occasion pour la BAD de dévoiler une séries d’initiatives censées illustrer cette nouvelle orientation.

Entre 1967 et 2013, la BAD a engagé un total de 4003 prêts et subventions pour un montant de 104 milliards de dollars au profit des pays membres régionaux (PMR)

Ouverture

Ainsi, la Banque centrale chinoise et la BAD vont signer le jeudi 22 mai un protocole d’accord pour la création du premier fonds d’investissement multilatéral de la Chine en Afrique. Baptisé « Africa Growing Together Fund », ce véhicule d’investissement sera doté de deux milliards de dollars. Rupture majeure avec les pratiques habituelle de la Chine, les projets financés par ce fonds seront ouverts à tous et non plus aux seules entreprises chinoises.

Retour à Abidjan :

Donald Kaberuka a confirmé, durant cette assemblée annuelle, le démarrage du déménagement de la BAD à Abidjan. Le conseil d’administration et le président de l’institution panafricaine devraient y être dès la fin juin 2014 et la majorité des équipes devraient s’installer à partir de septembre.

En outre, la BAD va procéder au lancement officiel du fonds Africa50, au capital initial de 3 milliards de dollars. Introduit sur le Nasdaq, la place boursière new yorkaise, en septembre dernier, ce fonds aura pour mission d’investir dans des projets d’infrastructures contribuant à la « transformation économique des pays concernés et ayant un impact réel sur leur PIB ».

Bilan

Enfin, ces rencontres sont également l’occasion pour la BAD de faire le bilan. En cinquante ans, l’institution panafricaine est devenue la première organisation de financement du développement en Afrique. L’actionnariat de la BAD, qui initialement comportait 33 pays a été porté à 79 pays, dont 53 sont africains. Entre 1967 et 2013, la Banque a engagé un total de 4003 prêts et subventions pour un montant de 104 milliards de dollars au profit des pays membres régionaux (PMR).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte