Économie

L’Etat ivoirien et douze géants de l’industrie lancent le plan CocoaAction

Grande première dans la filière cacao en Côte d’ivoire : douze géants du secteur ont signé le 20 mai, à Abidjan, une déclaration d’intention pour la mise en œuvre commune d’un plan de développement de la filière, baptisé CocoaAction.

Par
Mis à jour le 21 mai 2014 à 15:24

La Côte d’Ivoire fournit entre 35% et 40%de la production mondiale de cacao. © AFP

Douze géants* de l’industrie du cacao, parmi lesquels Cargill Cocoa, Archer Daniels Midland, Olam, Mars, Mondelēz et Barry Callebaut, ont signé le 20 mai à Abidjan, une déclaration d’intention en vue de la mise en œuvre commune d’un plan de développement de la filière cacao baptisé « CocoaAction ». Jusqu’à présent, ces groupes industriels réalisaient individuellement leurs stratégies de soutien aux producteurs. Avec ce nouveau plan, ils entendent mutualiser leurs ressources aux côtés de l’Etat ivoirien.

En rejoignant cette initiative, les compagnies de l’industrie du cacao espèrent faire tripler la production ivoirienne afin de faire face à l’augmentation de la consommation mondiale, surtout asiatique, qui croit plus vite que la production actuelle. Les investissements prévus dans dans le cadre du plan « CocoaAction » seront directement orientés vers l’amélioration du système de production, la lutte contre le « swollen shoot » – une maladie qui dévaste les vergers – et le renforcement du développement communautaire (hopitaux, écoles…).

Lire aussi :

Cacao : le soleil se lève à l’Est

Cacao : la crainte d’une pénurie resurgit


Le chocolatier CEMOI à la conquète des marchés d’Afrique de l’Ouest

Renforcer la filière

Cette mutualisation des efforts devrait, en toute logique, grandement renforcer le soutien apporté au secteur. En novembre 2012, les groupes industriels du secteur ont collectivement programmé un investissement de 200 millions de dollars sur trois ans dans l’appui aux producteurs, afin d’assurer la régularité de l’approvisionnement.

L’État ivoirien a quant à lui investi 470 millions de dollars dans la filière, entre fin 2005 et mi-2013, à travers le fonds d’investissements en milieu rural (FMIR).

Efforts

Mais les efforts à consentir restent encore nombreux. En effet, si le pays distribue en moyenne 2 millions de plants de cacao par an pour le renouvellement du verger, cela demeure bien en dessous des besoins réels estimés à 15 millions de plants.

« Cette stratégie ne vise pas uniquement la Côte d’Ivoire, mais aussi le Ghana, car ces deux pays représentent 55% de la production mondiale. L’objectif est de financer la mise à disposition des producteurs de nouveaux plans de production à haut rendement », souligne Barry Parkin, le président de la Fondation mondiale du cacao. Cette institution coordonnera la mise en oeuvre du nouveau partenariat avec le Conseil café cacao (CCC), l’organe publique ivoirien chargé de la gestion de cette filière.

« Nous avons des ressources disponibles pour poursuivre les investissements dans le secteur. Nous continuerons de garantir l’approvisionnement en fèves de cacao, notre inquiétude était le ‘swollen shoot’. Mais nous préparons un plan national de lutte contre cette maladie », assure de son côté Massandjé Touré-Litsé, la directrice générale du CCC. L’Etat ivoirien entend mobiliser 100 milliards de F CFA dans le cadre de cette lutte.

Forte progression

Pour la campagne de commercialisation 2013-2014 en cours, la Côte d’Ivoire, qui fournit 36% du cacao mondial, a produit 1,3 million de tonnes de fèves de l’or brun, selon les chiffres arrêtés au 18 mai 2014. cela représente 15 % de plus que les 1,2 million de tonnes récoltées durant la campagne précédente, à la même période. C’est la plus forte hausse enregistrée depuis la saison 2004-2005.

 

_____ Ces douze entreprises sont : Archer Daniels Midland, Armajaro, Barry Callebaut, Bloomer chocolate company, Cargill, Ecom, Ferrero, The Hersehey Company, Mars, Incorporated Mondelez International, Nestlé et Olam