Football

L’Olympique de Marseille sera-t-il racheté par un prince saoudien ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 20 mai 2020 à 13h27
Le prince saoudien Al-Walid ben Talal, lors d'une visite à l'Elysée le 8 septembre 2016.

Le prince saoudien Al-Walid ben Talal, lors d'une visite à l'Elysée le 8 septembre 2016. © AP Photo/Michel Euler

L’homme d’affaires saoudien Al-Walid ben Talal, cousin du prince héritier MBS, projetterait de racheter l’OM, mythique club de football français.

Le prince héritier Mohamed ben Salman (MBS), qui pilote le Fonds public d’investissement saoudien (PIF) et dont l’un des principaux objectifs à court terme est d’acquérir le club anglais de Newcastle United (Premier League) pour 345 millions d’euros et 80 % des parts, a-t-il donné des idées à son cousin Al-Walid ben Talal ? On prête en effet à cet homme d’affaires saoudien — petit-fils d’Ibn Saoud, le fondateur du Royaume, et de Riad El Solh, un des artisans de l’indépendance du Liban, et cousin du prince marocain Moulay Hicham –, l’intention de racheter l’Olympique de Marseille (OM).

En réalité, Al-Walid ben Talal s’était déjà intéressé au club français en 2014, quand celui-ci était la propriété de Margarita Louis-Dreyfus. Selon le média italien TMW et l’hebdomadaire français Challenges, Al-Walid n’a jamais abandonné son projet de prendre les commandes de l’OM, passé sous pavillon américain en 2016, quand le promoteur immobilier Frank McCourt l’avait racheté pour 45 M€.

Âgé de 65 ans, Al-Walid, dont la fortune était estimé en 2017 par Forbes à 18,7 milliards d’euros — un chiffre qu’il conteste, assurant qu’il est inférieur à la réalité — est actif dans de nombreux domaines (banques, immobilier, médias, construction, hôtellerie).

Une bonne affaire ?

L’OM, et notamment son président Jacques-Henri Eyraud, a nié tout projet de vente du club, mais Challenges assure que Al-Walid a approché l’entourage propre de Franck McCourt afin de prendre la température. Le club français, qualifié pour la prochaine Ligue des Champions, traverse une zone de turbulences – une habitude à Marseille – rendant l’hypothèse d’une possible vente loin d’être aussi farfelue que la direction olympienne veut bien le laisser croire.

Sportivement, même si l’équipe a terminé à la deuxième place de la Ligue 1 (alors que le championnat de France a été définitivement arrêté au bout de 28 journées pour cause de coronavirus), l’OM vient de licencier son directeur sportif espagnol Andoni Zubizarreta. Et l’entraîneur portugais André Villas-Boas, très lié au Basque, est sur le point de quitter le sud de la France, après avoir refusé une proposition de prolongation de contrat.

Au niveau économique, l’OM, qui accuse entre 100 et 150 millions de déficit d’exploitation, est dans le viseur de l’UEFA et de son fair-play financier, ce qui pourrait compromettre le renforcement de l’équipe en vue de la saison prochaine.

Le businessman saoudien serait disposé à offrir 245 millions d’euros pour le rachat

McCourt a pourtant déjà dépensé beaucoup depuis son arrivée à Marseille. « Sa fortune est passée sous le milliard de dollars. L’OM lui a déjà coûté pas mal d’argent, entre le montant de l’acquisition, et les sommes déboursées pour acheter des joueurs, notamment. Si une proposition intéressante lui est faite, il l’étudiera probablement », explique Vincent Chaudel, fondateur de l’Observatoire du sport business.

Celui-ci n’écarte donc pas l’hypothèse d’une vente de l’OM par son propriétaire américain « C’est un club très populaire en France, qui attire du monde et qui est suivi par plus de 11 millions de fans sur les réseaux sociaux. Son stade de plus de 60 000 places est moderne, et il est qualifié pour la Ligue des Champions. Racheter l’OM peut donc être une bonne affaire et Al-Walid dispose de la surface financière pour cela », ajoute Chaudel. Selon certaines informations, le Saoudien serait disposé à offrir 245 millions d’euros.

Dans le viseur de MBS

Mais dans son pays, l’homme d’affaires n’est pas dans les petits papiers de Mohamed Ben Salman, l’homme fort d’un régime autoritaire. « Il ne faut pas oublier qu’Al-Walid a passé trois mois enfermé avec d’autres businessman dans un grand hôtel de Riyad dans le cadre d’une opération anti-corruption, et qu’il a été libéré après avoir cédé une partie de ses actifs, rappelle  Jean-Baptiste Guégan, auteur de Géopolitique du sport : une autre explication du monde.

MBS, le prince héritier saoudien, est très probablement hostile au rachat d’un club par Al-Walid

« Aujourd’hui encore, il est privé de son passeport, est en résidence surveillée, précise l’auteur. Et MBS est très probablement hostile à l’hypothèse d’un rachat de club par Al-Walid ».

Pour Jean-Baptiste Guégan, « l’OM est clairement sur le marché. On a le sentiment que le départ de Zubizarreta et celui, probable, de l’entraîneur, sont une manière pour McCourt de faire le vide et de laisser un futur acquéreur venir avec des hommes qu’il aura choisis. L’Américain a déjà dépensé beaucoup – autour de 200 millions d’euros -, et s’il peut faire un bénéfice d’environ 50 millions d’euros, il saisira cette opportunité. »

L’hypothèse Al-Walid ? « À mes yeux, elle est très improbable, pour les raisons politiques que j’ai évoquées », affirme Jean-Baptiste Guégan. Quid d’autres saoudiens ? « Pourquoi pas, mais il ne s’agira pas du fonds souverain (PIF), qui souhaite racheter Newcastle », estime-t-il.

« On peut aussi imaginer que du côté de la Chine, des Émirats arabes unis ou des États-Unis, l’OM puisse intéresser, ajoute-t-il. L’acheteur potentiel sait que l’OM est un club très populaire en France, mais aussi au Maghreb, en Afrique subsaharienne francophone, comme au Sénégal notamment, aux Comores ou à Madagascar. » Les prochaines semaines devraient donc être décisives pour l’Olympique de Marseille…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte