Économie

Gemalto retenu pour le passeport biométrique algérien

En Afrique, le Maroc et la Côte d'Ivoire ont déjà fait appel à Gemalto pour la réalisation de passeports biométriques. © Gemalto

Gemalto a été retenu pour le programme de passeports électroniques algériens. L'objectif : améliorer la sécurité des voyageurs, tout en rendant la délivrance des nouveaux documents plus rapide et moins coûteuse.

L’Hôtel des monnaies de la Banque d’Algérie a confié à Gemalto la mission de concevoir la sécurité numérique des passeports électronique algériens, indique un communiqué du groupe publié le 22 mai. Plus précisément, « Gemalto fournira sa couverture électronique Sealys et son logiciel embarqué eTravel. La technologie déployée sera renforcée par des capacités de production et de livraison avancées », poursuit le communiqué.

Fiabilité

Aussi, le recours à l’expertise de Gemalto est censé entraîner une baisse des coûts d’émission et de délivrance des documents officiels, ainsi qu’une réduction de la durée de la transition du système de passeports classiques aux documents biométriques. « Nous avions besoin d’un partenaire fiable pour nous assurer que les passeports électroniques seraient délivrés dans les meilleurs délais aux citoyens dans tout le pays », a noté la direction de l’Hôtel des monnaies de la Banque d’Algérie, citée dans le communiqué de la multinationale.

Lire aussi :

Gemalto, partenaire des programmes gouvernementaux

Afrique du Sud : Gemalto choisi pour la nouvelle carte d’identité électronique

Gemalto s’implante au Maroc

L’Algérie n’est pas le premier pays africain à recourir à l’expertise de Gemalto, le Maroc et la Côte d’Ivoire notamment lui ont déjà fait appel pour la réalisation des passeports biométriques nationaux. Il en est de même pour la France, la Corée du Sud, Singapour et les Etats-Unis.

Résultats

Acteur international de la sécurité numérique, Gemalto a enregistré en 2013 un chiffre d’affaires d’environ 2,389 milliards d’euros, pour un résultat net de 348 millions d’euros. Présent dans 44 pays, le groupe emploie plus de 12 000 salariés travaillant depuis 85 bureaux et 25 centres de R & D logiciel.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte