Energie

Le Tchad suspend à nouveau les activités du pétrolier chinois CNPCIC

Le groupe chinois s'est vu condamné à une amende de 1,2 milliard de dollars, en mars 2014.

Le groupe chinois s'est vu condamné à une amende de 1,2 milliard de dollars, en mars 2014. © AFP

Le gouvernement tchadien a suspendu (à nouveau) les activités de prospection et de forage de la filiale tchadienne de la compagnie pétrolière publique chinoise (CNPCIC). Motif : la compagnie ne s’est pas acquittée d’une amende de 1,2 milliard de dollars infligée en mars dernier pour non-respect des règles environnementales.

Le gouvernement tchadien a annoncé le 23 mai la suspension des activités de prospection et de forage de la filiale tchadienne de la compagnie pétrolière publique chinoise (CNPCIC). A l’origine : le refus par la compagnie de s’acquitter d’une amende de 1,2 milliards de dollars qui lui a été infligée il y a deux mois.

En effet, le 21 mars dernier, les autorités tchadiennes avaient adressé une notification au groupe chinois lui demandant de payer, sous deux mois, 1,2 milliard de dollars d’amende pour « dommages causés à l’environnement ». Selon le ministère du Pétrole, cette amende a été fixée sur la base des conclusions de l’audit environnemental commandité après la découverte de « déversements intentionnels de brut » et de « graves manquements aux règles environnementales ».

Lire aussi : 

Le Tchad sanctionne le chinois CNPCIC

Les chinoiseries pétrolières de N’Djamena

Le Tchad commande un inventaire minier au BRGM

Irrévocable

Après réception de la notification, la compagnie chinoise a déployé un intense lobbying auprès du ministère du Pétrole. Sans succès. La sentence est tombée le 23 mai, date limite fixée par les autorités tchadiennes.

Dans un communiqué, le ministère du Pétrole s’indigne par ailleurs du fait que « malgré une première suspension infligée à la société en août 2013 pour déversement intentionnel de brut, des pratiques inacceptables consistants à combler des sites pollués sans traitement préalable ont continué ». Il reste maintenant à savoir si cette deuxième suspension aura l’effet disuasif escompté et contraindra l’entreprise chinoise à s’acquitter de l’amende infligée.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte