Archives

Tiken Jah, l’imprécateur assagi

Après cinq ans d’exil à Bamako, Tiken Jah Fakoly, le célèbre rastaman, est rentré en Côte d’Ivoire, le 5 décembre. Il affirme vouloir désormais se consacrer à la « réconciliation entre tous les Ivoiriens ». Ce que semble confirmer le concert donné au Parc des sports de Treichville, le 8 décembre, au cours duquel il n’a chanté ni Le Balayeur balayé (contre l’ancien président Robert Gueï) ni Quitte le pouvoir (contre Laurent Gbagbo, son successeur).
L’artiste, qui, depuis son retour, a pu se promener « seul et en toute sécurité » à Abidjan, est en pleine promotion de son album L’Africain, sorti le 24 septembre chez Barclay. En revanche, on ne risque plus d’entendre ses coups de gueule à Dakar. À la suite d’un concert tenu le mercredi 12 décembre, il a été déclaré persona non grata par le gouvernement sénégalais pour des propos jugés « insolents » et « discourtois ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte