Société

Crise du Coronavirus : l’impossible rapatriement des corps des Africains de la diaspora

Aurlus Mabele, Manu Dibango,  Jacques-Joachim Yhomby-Opango, Victor Fotso, Edem Kodjo.

Aurlus Mabele, Manu Dibango, Jacques-Joachim Yhomby-Opango, Victor Fotso, Edem Kodjo. © Jack Vartoogian/Getty; Vincent Fournier/JA (2); Reuters; Jean-Pierre Kepseu

Les familles de personnes de la diaspora africaine décédées en Europe ne peuvent pas rapatrier les dépouilles mortelles au pays, du fait des règles imposées par la pandémie. Des complications administratives qui alourdissent grandement l’épreuve du deuil.

Cela fait quarante jours que le téléphone de Nicolas Mendy sonne inlassablement. Sa famille craint de ne jamais voir le corps de son père, Dionsignou Mendy, rejoindre sa Casamance natale. Le Sénégalais est décédé du Covid-19 à l’hôpital Cochin, à Paris, le 4 avril. Il avait 71 ans. Depuis sa retraite, en 2009, et après plus de quarante ans passés à travailler chez Renault, il faisait la navette entre le Sénégal, où réside l’essentiel de sa famille, et la France, où il venait se faire soigner. Sa dépouille mortelle séjourne désormais dans un funérarium de Seine-Saint-Denis. Pour Nicolas, pas question de l’inhumer ici : « Dans notre ethnie, les Manjaks, il est très important d’être enterré là d’où l’on vient. Et c’était sa dernière volonté. »

Depuis le mois de mars, des centaines de familles d’origine africaine vivant en Europe devant faire face à la tragédie du Covid-19 doivent aussi absorber un flot d’informations contradictoires et affronter nombre de complications administratives. Et les VIP eux-mêmes n’échappent pas à ces tracasseries, comme le prouve le cas de Jacques Joachim Yhombi-Opango, l’ex-président congolais. Décédé à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 30 mars, il n’a pas pu être rapatrié à Brazzaville, et a dû être inhumé « provisoirement » en banlieue parisienne.

Des problèmes comparables se sont posés pour le musicien congolais Aurlus Mabélé, mort à Paris le 19 mars, l’ancien international de football somalien Mohamed Farah, qui s’est éteint à Londres le 24 mars, ou encore pour l’évêque kényan Silas Silvius Njiru, décédé en Italie à la fin d’avril. Ainsi que pour l’ancien Premier ministre somalien Nour Hassan Hussein, qui résidait à Londres, ou pour son homologue togolais, Edem Kodjo, mort à Neuilly.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte