Politique

Mali : les conditions de détention de Soumaïla Cissé, toujours aux mains des jihadistes

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 15 mai 2020 à 14h14
Soumaïla Cissé à Bamako, le 15 juin 2018.

Soumaïla Cissé à Bamako, le 15 juin 2018. © Nicolas Réméné pour JA

Tandis qu’Amadou Kolossi a été libéré par ses ravisseurs le 10 mai, Soumaïla Cissé reste retenu par le même groupe jihadiste. De retour dans sa ville, le maire de Koumaïra a livré des détails sur leurs conditions de détention.

Selon nos informations, Amadou Kolossi et Soumaïla Cissé ont été détenus par les mêmes hommes de la katiba Macina, d’Amadou Koufa. Tous deux ont passé la plus grande partie de leur temps attachés sous le même arbre.

« Amadou Kolossi est encore sous le choc, mais il va bien », confie un membre de la famille du maire de Koumaïra. Ce dernier avait invité le chef de l’opposition à faire campagne dans sa commune le jour où celui-ci a été enlevé, le 25 mars. Kolossi a ensuite été le principal médiateur dans les négociations toujours en cours pour la libération de Soumaïla Cissé.

Problèmes nutritionnels

Selon un proche de l’édile, Soumaïla Cissé souffrirait de problèmes nutritionnels : « L’eau qu’il boit est de mauvaise qualité et il s’alimente essentiellement avec du lait et de la bouillie de céréales. Étant la plupart du temps attaché à un arbre, il rencontre également beaucoup de difficultés pour marcher, lors des moments où il est libéré. »

« Ses conditions de détention nous inquiètent beaucoup, souligne Demba Traoré, le porte-parole de son parti, l’Union pour la République et la démocratie (URD). À son âge [70 ans, NDLR], cela est très difficile à supporter, et la situation peut dégénérer. »

Dialogue avec les ravisseurs

En revanche, Amadou Kolossi ne dispose d’aucun élément sur le lieu de leur détention – dans le Centre ou dans le grand Nord. Toujours selon nos informations, il aurait roulé un jour et demi à moto, depuis la forêt où il était retenu, jusqu’à son village de Koumaïra.

Enfin, le gouvernement a commencé à dialoguer avec les ravisseurs de Soumaïla Cissé. Amadou Koufa a envoyé l’un de ses lieutenants auprès des différentes unités combattantes positionnées dans le centre du Mali afin d’établir une liste des jihadistes prisonniers à Bamako. Pour demander qu’ils soient échangés contre le chef de l’opposition ?

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte