Santé

Artemisia et coronavirus : en RDC, « on peut commencer rapidement un essai clinique »

Jérôme Munyangi, le médecin pro-artemisia congolais (d.), lors de sa rencontre avec le président Félix Tshisekedi, le 12 mai 2020.

Jérôme Munyangi, le médecin pro-artemisia congolais (d.), lors de sa rencontre avec le président Félix Tshisekedi, le 12 mai 2020. © DR : présidence RDC

Félix Tshisekedi a reçu Jérôme Munyangi, qui revenait tout juste de son exil en France. Entretien avec ce médecin et chercheur congolais qui prône le recours à l’artemisia pour contrer le coronavirus. 

Jérôme Munyangi a eu droit à tous les honneurs. Rentré le 7 mai à Kinshasa après avoir quitté en catastrophe son pays en mars 2019, s’estimant alors « persécuté » en RDC pour avoir fait la promotion de l’artemisia comme traitement contre le paludisme, le médecin a voyagé cette fois dans « un jet sécurisé par la présidence », s’est-il plu à souligner lors d’un passage à la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC).

Une semaine après son retour, il a été reçu par Félix Tshisekedi lui-même. Devant le président, il a dressé l’état des lieux de ses recherches sur les effet de l’artemisia contre le paludisme et a plaidé pour que la plante entre pleinement dans « les recherches de la solution africaine » face au coronavirus.

Mercredi 13 mai, c’est au siège de la task-force chargée d’informer Félix Tshisekedi sur l’évolution de la pandémie de Covid-19 que le jeune médecin de 36 ans a accordé un entretien à Jeune Afrique. Signe de l’attention portée par la présidence à l’avis du chercheur, c’est Tina Salama, la porte-parole adjointe de Félix Tshisekedi, qui a joué les intermédiaires pour organiser la rencontre. Lors de tous ses déplacements, le médecin, qui assure avoir été menacé par des revendeurs de médicaments travaillant en relation avec des firmes pharmaceutiques indiennes et chinoises, est d’ailleurs sous la protection d’un garde du corps détaché par la sécurité du chef de l’État.

Jeune Afrique: Vous revenez après plus d’un an d’absence et alors que vous affirmiez faire l’objet de persécutions et de menaces en RDC. Les craignez-vous toujours?

Jérôme Munyangi : La première condition que j’avais posée, avant d’accepter de quitter Paris, était que ma sécurité soit assurée. C’est le cas. Je me sens aujourd’hui en sécurité. Et, pour paraphraser le président de la République, il ne faut pas fouiner dans le passé lorsque l’on accepte de rentrer. J’ai été très bien accueilli. Je suis invité par le chef de l’État… Je crois maintenant qu’il est temps d’essayer de travailler sérieusement pour contribuer à la lutte contre les maladies qui frappent la RDC.

Qui vous a mis en relation avec le président Tshisekedi ?

Le Dr Roger Kamba, conseiller du chef de l’État en matière de couverture santé universelle, et Alexis Kayembe, son conseiller spécial aux infrastructures, m’ont contacté en son nom pour organiser mon retour au pays. Les discussions, notamment avec La Maison de l’artemisia, ont duré deux semaines.

Quel rôle occuperez-vous au sein de la task-force de la présidence ?

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte