Dossier

Cet article est issu du dossier «Affaire Vital Kamerhe en RDC : un directeur de cabinet face à la justice »

Voir tout le sommaire
Politique

Affaire Kamerhe : les proches de Félix Tshisekedi reprennent en main le cabinet présidentiel

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 13 mai 2020 à 18h31
Désiré Cashmir Kolongele Eberande.

Désiré Cashmir Kolongele Eberande. © DR / Présidence RDC

La nomination en tant que directeur de cabinet intérimaire de Désiré Cashmir Eberande Kolongele, proche du président de l’UDPS Jean-Marc Kabund-a-Kabund, témoigne du regain d’influence de l’entourage de Félix Tshisekedi.

Selon nos informations, Vital Kamerhe, qui a été maintenu le 12 mai en détention provisoire, avait fait part à son entourage de son souhait de ne pas démissionner de ses fonctions. Néanmoins, il n’a pas été surpris lorsqu’il a appris, depuis sa cellule de la prison de Makala, que son adjoint Désiré Cashmir Eberande Kolongele assure désormais officiellement son intérim, pour pallier à son « empêchement circonstanciel ». Ce dernier le remplaçait déjà depuis son incarcération le 8 avril.

Félix Tshisekedi ne souhaite pas démettre Vital Kamerhe de ses fonctions de sa propre initiative. Le président a continué à discuter avec lui, directement ou via des intermédiaires, bien que plusieurs de ses proches l’ont encouragé à se séparer de lui.

Dans l’entourage de Félix Tshisekedi, les déclarations de Kamerhe, lors de l’ouverture de son procès le 11 mai, n’ont en effet pas été appréciées. Ce dernier a insisté à plusieurs reprises sur le fait que le Programme des cent jours avait été approuvé par le président lui-même. Il a également assuré que plusieurs personnes, dont Nicolas Kazadi, l’un des ambassadeurs itinérants de Tshisekedi, étaient aussi impliquées dans sa supervision. Ces propos auraient finalement poussé la présidence à officialiser l’intérim d’Eberande Kolongele.

L’entourage à la manœuvre

La nomination de ce très proche de Jean-Marc Kabund-a-Kabund, le président de l’UDPS, s’inscrit dans le cadre d’une reprise en main du cabinet présidentiel par l’entourage de Félix Tshisekedi.

Début mai, Kitenge Yesu, le Haut représentant du chef de l’État, a été discrètement promu au rang de vice-Premier ministre suite à l’abrogation d’une ordonnance datée de novembre 2019. Celle-ci le plaçait au rang de simple ministre, une position hiérarchiquement inférieure à celle du directeur de cabinet.

Toujours selon nos informations, Kitenge Yesu serait déjà en contact avec certains acteurs politiques afin de mettre en place une force politique qui servirait d’alliée à l’UDPS. Plusieurs membres du Rassemblement de l’opposition, l’ancienne plate-forme d’Etienne Tshisekedi, auraient déjà été contactés en ce sens.

Dans une circulaire, datée du 7 mai, la sécurité interne de la présidence a par ailleurs décidé de soumettre la publication des images présidentielles (vidéos ou photos) à l’autorisation préalable de Michee Mulumba, l’un des assistants personnels de Félix Tshisekedi. Cette note était adressée à la direction de la communication dirigée par Lydie Omanga, proche de Vital Kamerhe, à Abraham Luakabuanga (UDPS) et à Giscard Kusema (UNC).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte