Diplomatie

Dix choses à savoir sur Kaïs Kabtani, la voix de la Tunisie aux Nations unies

Réservé aux abonnés | | Par - , à Tunis
Le représentant de la Tunisie à l'ONU, Kaïs Kabtani.

Le représentant de la Tunisie à l'ONU, Kaïs Kabtani. © Hichem

Kaïs Kabtani, le représentant permanent de la Tunisie à l’ONU, a marqué des points auprès de la communauté internationale en portant, aux côtés de la France, une résolution sur la pandémie de Covid-19. 

Las ! Les États-Unis ont créé vendredi la surprise en mettant un coup d’arrêt à la mise au vote d’une résolution – alors qu’ils avaient entériné la veille un compromis négocié laborieusement depuis près de deux mois. Le texte visait principalement à soutenir l’appel à cesser le feu que le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait lancé le 23 mars pour faciliter la lutte contre la pandémie de coronavirus dans les pays en crise ou en guerre. Washington « ne peut soutenir le projet de résolution actuel », a annoncé sans autre détail, au milieu d’une procédure devant mener à un scrutin, l’administration américaine.

Le texte soulignait aussi « la nécessité urgente de soutenir tous les pays comme les entités pertinentes du système des Nations unies, y compris les agences de santé spécialisées ». Une référence à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), que Donald Trump accuse d’avoir sous-estimé la pandémie en raison d’accointances supposées avec le régime de Pékin.

Interrogé par l’AFP sur la suite à attendre, Kaïs Kabtani a indiqué que « les consultations se poursuivaient pour convaincre les Américains ». L’ambassadeur tunisien à l’ONU promet également que la procédure destinée à conduire à un vote va reprendre. Voici dix choses à savoir sur son parcours.

  • Retour à New York

Les dédales des discussions et négociations du Conseil de sécurité n’ont pas de secrets pour lui. Car c’est auprès de la représentation tunisienne à l’ONU, déjà, que le diplomate a fait ses premiers pas en 2001, comme conseiller chargé, notamment, des dossiers dudit conseil. Il a alors 30 ans. Au même moment, il est vice-président de la commission d’information de l’Assemblée générale des Nations unies, et rapporteur de la commission des affaires politiques de cette dernière.

  • Membre non permanent

À 49 ans aujourd’hui, Kaïs Kabtani est l’un des plus jeunes diplomates tunisiens à assumer la fonction d’ambassadeur représentant permanent de la Tunisie auprès des Nations unies. Jusqu’en 2021, le pays siège au Conseil de sécurité au titre de membre non permanent.

  • Moment de vérité

L’ambassadeur estime que la pandémie est « un moment de vérité pour l’Organisation des Nations unies et le système multilatéral, qui fait face à la crise la plus difficile à laquelle l’ONU ait été confrontée depuis la Seconde Guerre mondiale ».

  • Connexions africaines

L’ambassadeur est connu pour son entregent sur le continent. Délégué permanent de la Tunisie auprès de l’Union africaine (UA), il a présidé, en 2019, le Comité des candidatures africaines dans les organismes internationaux et assuré la vice-présidence du comité de la coopération multilatérale de l’UA. En parallèle, il a conduit la mission diplomatique tunisienne en Éthiopie, à Djibouti, aux Seychelles, aux Comores et à Madagascar.

  • Coup du sort

Le passage de Kaïs Kabtani des hauts plateaux d’Addis-Abeba – où il était ambassadeur auprès de l’UA – aux berges de l’East River à New York tient du coup du sort. Son prédécesseur à l’ONU, Moncef Baati, a en effet été brutalement limogé par le président Kaïs Saïed début février 2020 après la fuite d’un projet de résolution contre le « plan de paix » américain pour le Proche-Orient, que la Tunisie portait aux côtés de l’Indonésie.

  • Polyglotte

L’ONU compte six langues officielles : l’anglais, l’arabe, le chinois, l’espagnol, le français et le russe. Polyglotte, Kaïs Kabtani en maîtrise cinq, selon sa biographie officielle. À ce jour, seul le mandarin manque à l’appel.

  • Multi-diplômé

Juriste de formation, Kaïs Kabtani cumule les diplômes. Il a complété le master obtenu à l’Académie diplomatique de Malte par un diplôme de l’Institut de défense nationale de l’Académie militaire américaine West Point sur le Moyen-Orient. Il a également suivi une formation auprès de l’Institut international du droit humanitaire de San Remo, en Italie. En 2017, il a bouclé un cursus auprès du Centre américain sur les études stratégiques au Proche-Orient et en Asie du Sud Nesa, à Washington.

  • Des liens avec Kaïs Saïed

Le diplomate a rencontré l’actuel président de la Tunisie Kaïs Saïed lorsque ce dernier enseignait les sciences juridiques. Les deux hommes s’entretiennent régulièrement. Kaïs Kabtani est aussi en symbiose avec le ministre des Affaires étrangères, Noureddine Erray, qui fut son camarade de promotion à l’université. Ils ont aussi travaillé ensemble à Oman.

  • Passionné de football

Originaire du Bardo, faubourg de Tunis où le sport est roi, il a assouvi sa passion pour le football lors de son passage à Madrid, de 2010 à 2015. Chargé d’affaires à l’ambassade de Tunisie avec rang de ministre plénipotentiaire, il n’a raté aucun des matchs importants qui se sont joués au stade Santiago-Bernabéu.

  • Palestine

Ce père de deux enfants devenu une référence sur les questions de paix, de sécurité internationale et de lutte contre le terrorisme, promeut un nouvel esprit dans les relations étrangères et considère que les initiatives tunisiennes, tant sur la question palestinienne que dans le dossier libyen, sont très appréciées au plus haut niveau international.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte