Politique

Cameroun anglophone : un maire RDPC tué dans une embuscade

Réservé aux abonnés | | Par - à Yaoundé
Mis à jour le 11 mai 2020 à 18h56
Un membre du bataillon d'intervention rapide (BIR) patrouille dans la ville de Buea, dans la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun, le 4 octobre 2018.

Un membre du bataillon d'intervention rapide (BIR) patrouille dans la ville de Buea, dans la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun, le 4 octobre 2018. © REUTERS/Zohra Bensemra

Ashu Prisley Ojong, maire de Mamfe, près de Buea, a été tué dans une embuscade dimanche 10 mai. Selon ses proches, il se rendait à un rendez-vous fixé par des séparatistes. 

Dans la matinée du 10 mai, près du village d’Eshobi, à 8 kilomètres de Mamfe, la voiture dans laquelle se trouvait Ashu Prisley Ojong, 35 ans, a été la cible de tirs et l’édile mortellement touché.

Selon ses proches, Ashu Prisley Ojong prévoyait de rencontrer un groupe de séparatistes anglophones désireux de déposer les armes, et n’était accompagné que d’une escorte légère, composée de deux militaires et de son chauffeur. Blessés dans l’attaque, les deux soldats ont été évacués vers Buea.

D’après des sources militaires, cette attaque est l’œuvre des milices séparatistes qui opèrent dans le département de la Manyu depuis le début du conflit anglophone.

Opérateur économique

Ashu Prisley Ojong avait été élu il y a tout juste trois mois à la tête de la mairie de Mamfe. À l’issue du scrutin de février dernier, cet opérateur économique, propriétaire de magasins et de champs de cacao, avait succédé à John Ayuk Takunchung, dont la candidature avait été écartée par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) en raison d’une présumée complaisance vis-à-vis des séparatistes, ces derniers ayant fait de certaines localités du département de la Manyu leurs bastions.

Il était notamment reproché à John Ayuk Takunchung d’avoir respecté le mot d’ordre de faire de Mamfe une « ghost town » (« ville fantôme ») en février 2017, comme le demandait le Consortium de la société civile anglophone, organisation depuis lors dissoute par les autorités administratives.

En août 2018, John Ayuk Takunchung avait également demandé aux sécessionnistes de « manifester sans paralyser les villes, ni empêcher les enfants de se rendre à l’école ». Le RDPC avait alors choisi d’investir Ashu Prisley Ojong lors de l’élection suivante, alors qu’il était jusque-là deuxième adjoint du maire.

Retour à la paix

Il avait fait du retour à la paix son cheval de bataille. « Notre département disparaît sous nos yeux, avait-il lancé lors d’un meeting de campagne, au début du mois de février. Nous ne pouvons laisser faire. C’est à nous de faire revenir la paix. » Cet engagement n’était cependant pas du goût des sécessionnistes, qui reprochent aux membres de l’administration d’origine anglophone de « collaborer avec ceux qui tuent [leurs] enfants ».

Malgré les appels à cesser le feu formulés pour lutter contre la pandémie du Covid-19, les combats continuent de faire rage entre soldats camerounais et sécessionnistes.

Enlèvements et embuscades

Début mars, c’est le maire de Mbengwi qui a été enlevé et retenu captif pendant plusieurs semaines avant d’être libéré par les forces de défense camerounaises. En mars toujours, six membres du conseil municipal d’Oku, dans le Bui, ont par ailleurs échappé de justesse à une embuscade. Moins chanceux, un membre du conseil municipal de Nwa a lui été tué le même mois dans une attaque similaire.

Côté sécessionnistes, les derniers mois ont également été marqués par de lourdes pertes, notamment dans la région du Nord-Ouest. Le camp “ambazonien” de Bafut a ainsi été détruit, et le « général Alhadji », accusé d’être à l’origine de l’enlèvement de 79 élèves à Bamenda en 2018, a été tué. Pour les forces de défense et de sécurité, la situation revient progressivement à la normale, même si des poches de résistance gardent leur capacité de nuisance sur le terrain.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte