Transport aérien

Trafic aérien : en Côte d’Ivoire, le ministre Amadou Koné aux manettes

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Amadou Koné, le ministre ivoirien des Transports, à Abidjan le 18 juillet 2017.

Amadou Koné, le ministre ivoirien des Transports, à Abidjan le 18 juillet 2017. © ISSOUF SANOGO / AFP

Le ministre ivoirien des Transports, Amadou Koné, centralise désormais tout le processus d’autorisation de départ et d’atterrissage des vols à l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny, à Abidjan. 

Selon nos informations, Amadou Koné a obtenu cette prérogative sur décision gouvernementale après l’entrée en vigueur des mesures liées à l’état d’urgence, décrété par le chef de l’État, Alassane Ouattara, le 23 mars. Le trafic commercial a notamment été suspendu.

Nouvelle chaîne de décision

Toutes les demandes des compagnies privées de jets et de cargos sont désormais d’abord transmises au cabinet du ministre, lequel, après les avoir approuvées, les soumet ensuite à Sinaly Silué, le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac), et au colonel de gendarmerie Bakary Diarrassouba, le chef d’État-major particulier d’Alassane Ouattara. Avant l’épidémie, seules l’Anac et la présidence étaient consultées.

Cette nouvelle chaîne de décision crée des désagréments sur le plan des évacuations sanitaires, car les délais sont allongés. L’examen des demandes d’autorisation, réalisé auparavant en moins de 24 heures, peut désormais prendre jusqu’à 72 heures.

Amadou Koné, qui se trouve actuellement au chevet du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly à Paris, prévoit cependant, pour fluidifier ce processus, de transférer à la présidence et à l’Anac la gestion des vols des secteurs miniers et pétroliers.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte